~~~~~~~~~~~~~~~~~~Redonnez de la couleur à ce monde né dans le sang~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Cyn'del Kaeith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cyn'del Kaeith



Messages : 41
Date d'inscription : 17/08/2011

Feuille de personnage
Nom: Cyn'del Eärel Delurion Kaeith
Royaume: Ar Elémia
Relations:

MessageSujet: Cyn'del Kaeith   Mer 17 Aoû - 22:35

- Nom: Kaeith

-Prénoms: Cyn'del Eärel Delurion

-Couleurs des yeux: Bleu Lapis-lazuli

-Cheveux: court, Brun/noir ou blond selon les circonstances.

Brun/noir> Couleur qu'il emploie généralement dans la vie de tous les jours(essentiellement pour se démarquer de sa sœur et de son père et pour un soucis esthétique) et surtout lors de réunion/rassemblement avec des elfes noirs. Ses cheveux se changent automatiquement en Brun/Noir lorsqu'il utilise sa magie 'néfaste' ou 'non-bénéfique', lors d'un éclipse solaire ou à minuit pile

Blond> Couleur qu'il emploie moins régulièrement mais qu'il est obligé de revêtir lors de réunion/rassemblement avec des elfes blancs. Ses cheveux se changent automatiquement en blond lorsqu'il utilise sa magie de façon 'bienfaisante' ou 'bénéfique', lors d'une éclipse lunaire ou au zénith(midi pile)

-Taille: 1m68

-Age: 39ans (selon le système numérique de Racyne. Cet age correspond plus ou moins à l'entrée à l'age adulte.)

-Sexe: masculin

-autre particularité physique:

>possède une peau blanche tirant sur le gris qui peut virer au noir pour mieux se fondre dans la végétation dense.

>possède des oreilles pointues comme tous les elfes.

-vêtements:

>Tunique courte manche brun/bordeaux arrivant un peu au dessus du milieu de la cuisse. Une ceinture fine un peu au dessus des hanches la découpe en deux parties. Tissus léger et végétal.

>Plastron en métal gris sombre recouvrant la poitrine et maintenue dans le dos par des sangles.

> A la ceinture, à l'arrière, est accrochée un réticule remplie de graines, feuilles et autres ingrédients pour planter et stimuler la pousse de plantes (V. Pouvoir et faculté) et sur le côté droit est accrochée une dague elfique richement décorée.

>Cape avec capuche vert sombre rejetée sur les épaules

>Pantalon vert empire normal.

>Mitaines haute (milieu des avant-bras) couleur sombre recouvertes de protèges avant-bras en métal gris sombre.

>Gibecière brune remplis d'objets utiles.(portée sur le côté gauche

>Porte un carquois et un arc à flèches en bois noble sur le dos

-arme(s):

>Dague elfique richement décorée utilisée surtout pour dépecer les animaux.
>Arc elfique en bois noble + carquois remplies de flèches du même bois.

Note: il s'agit plus d'un nécessaire de chasse que d'arme de combat à proprement parlé.


-Psychologie du personnage:

Étant de famille noble, Cyn'del a reçu une éducation très complète sur les us et coutumes d'une part elfique mais d'autre part aussi de celles des autres royaumes avant l'effondrement de Barashiri et l'isolement d'Ar Elémia. Ce côté 'trop pompeux' des coutumes et des mœurs imposées à sa famille, et particulièrement à lui, lui a donné un caractère révolté contre toute forme de politique sans queue ni tête. Il a développé une grande jalousie envers sa sœur cadette essentiellement pour les libertés et des attentions dont elle jouis. Depuis certains évènements(V. Histoire) il voue une certaine indifférence à son père et évite généralement de parler de sa famille (d'une part parce qu'il ne la supporte pas et d'autre part pour couvrir sa 'fugue').

(à suivre)

-Pouvoirs et facultés:

>Possède des bases de technique à l'arc et à la dague, utilisé essentiellement pour la chasse.

Naturaliste: expert en magie naturelle.

La magie naturaliste se divise en deux branche: la magie dite néfaste ou d'attaque et la magie dite bénéfique ou de guérison.

>Peut, via les graines qu'il possède, faire pousser diverses plantes, de la fleur de base(neutre) à la plante carnivore(néfaste) en passant par des plantes aux vertus guérisseuse(bénéfique). La magie drainée est proportionnelle aux nombres de plantes 'invoquée' de la sorte.

>Peut rendre les plantes environnantes 'agressives' à l'adversaire en leur insufflant une 'pseudo-vie'. Chaque plante est vivante mais cette capacité leur permet de se mouvoir par eux même, de parler, d'attaquer un ennemi et peut même les doter d'attribut parfois contraire à leur nature.(néfaste)


Capacité spéciale: Animorphose.

Cyn'del, de part sa nature elfique possède deux transformations différentes en animal. Lorsqu'il est transformé, il récupère des capacités en plus mais perd sont pouvoir de naturaliste.

Note:

>Tout ce qui est noté comme étant Bénéfique ou néfaste à partir d'ici n'as aucun rapport avec la magie Naturelle.

>Tout vêtements/objets qu'il possède sera transformé en un accessoire que l'on retrouvera sur la forme animale.

I)Transformation en Cauche-Mar(néfaste)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il s'agit d'une espèce de cheval possédant 4 appendices à tête de serpent(deux de chaque côté) et 2 autres terminés par une griffe(un de chaque coté). Ces appendices peuvent agir indépendamment l'une de l'autre ou de la tête principale. Elles sécrètent un poison moyennement dangereux entrainent un engourdissement progressif des membres.
Il possède aussi une paire d'ailes membraneuse bleu sombre qu'il laisse généralement replier. Le pelage est constituer d'un mélange de poils et d'écailles.


II) Transformation en Lapynn(bénéfique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Il s'agit d'un petit lapin anthropomorphe à l'allure duveteuse et au pouvoir bénéfique. En effet, il possède des bases non négligeable en magie blanche
et est un as de la fuite. Il peut user de ses dons bénéfiques grâce à la pierre de magie qui est fichée sur son front. Pas bien grand, Cyn'del est très fragile sous cette forme. Il possède un duvet blanc recouvrant tout le cou, une grosse boule de poil blanche en guise de queue et deux grande plumes en guise d'oreilles. Le reste de la peau est nue et de couleur brun clair.


~l'histoire du personnage~

Hier,on se quittait en plaisantant sur la robe elle devrait mettre pour ce jour si spécial..Aujourd'hui, c'est drapée de rouge et désaxée misérablement que je la retrouve sur le parvis de l'Autel.

Ar Elémia est un royaume à l'image de son peuple si..particulier. Un royaume composé de deux ethnies d'une même race se querellant et se faisant la guerre depuis des temps immémoriaux. C'est pourtant un désir de paix commun, provenant du respect immuable de la Vie qu'ils ressentaient tous, qui mit fin au conflit et put jeter les bases stables d'un jeune royaume.
Les vieilles rancœurs ne laissèrent qu'au final que deux profondes cicatrices. D'un part, une frontière fut élevée, divisant en deux parties égales ces terres forestières, l'une pour les elfes blancs, l'autre pour les elfes noirs, car s'ils avaient voulus la paix, reconnaissant enfin leurs origines inextricablement liées, il n'avait jamais été question de relier les deux ethnies de façon plus intimes.

Une question se posa alors, quelle famille se verrait confier les rennes du royaume? Cette interrogation fit presque volé en éclat la paix nouvelle, les uns réclamant une famille royale issu de leur ethnie et les autres répliquant à cette provocation en brandissant des arguments en leur faveur.
Une année passa, le conflit restait au point mort. Lorsqu'un jour, deux sage elfe, l'un noir et l'autre blanc, ayant décidé de chercher une issue ensemble, firent par de leur idée farfelue au premier abord.

Ils proposèrent que plutôt de placer une famille déjà existante à la tête du royaume, d'en créer une qui satisferait les deux côté de la frontière.

Le principe était simple. Il leurs fallait juste deux couples mixtes, choisit par le peuple. Ils devaient, par le bien de la nation, mettre de côté leurs ressentiments envers leurs partenaires imposés et donner au royaume, le nouveau couple royal, qui ne serait, dès lors, ni totalement 'blanc' ni totalement 'noir'. Un équilibre parfait, une nouvelle famille artificielle et écartelée entre les deux facettes d'un même dé. Pour fêter l'évènement, ainsi que pour symboliser l'égalité parfaite, la capitale bigarrée Toeldan fut construite sur la frontière et en son centre se dressa l'écrin de la dynastie inédite.

Pour garder cette parité parfaite, les descendants directes de la famille nouvelle se devaient de choisir leur partenaire successivement dans la noblesse 'blanche' puis dans la noblesse 'noire'. Le moindre écart à cette règle sacrée, la moindre rumeur contraire pouvant rallumer les braises de la rancune.

J'ai toujours aimé ces terres et ses habitants. J'étais né pour maintenir cette paix et nos coutumes mais je n'ai jamais pu accepté cette trop grande attention envers le moindre de nos faits et gestes. J'ai presque fini par haïr ces regards insistants qui m'épiait sans arrêt.

Des années passèrent, les générations se succédèrent sans aucun incident majeur. Le royaume se développait avec l'aide rare de ses voisins et les échanges culturels, au combien bénéfique, avaient même commencé à faire changer d'avis certains elfes sur cette haine absurde envers le camps 'adverse'.

Puis, ce fut le désastre. Le royaume voisin, celui de Barashiri, fut emporté par une masse brumeuse, noire et maléfique.

Ar Elémia n'était accessible par les autres races qu'en passant par Barashiri, par la voie terrestre. La presqu'île étant entourée de récifs, aucun bateau ne pouvait la rejoindre, d'ailleurs, aucun port n'avait été élevé pour pallier cette inconvénient certain.
Face à cet inconnu qui avait frappé leur plus proche voisin et allié, de nombreux elfes blancs, parmi les plus anciens surtout, galvanisé par une femme étrange sortie de nulle part, accusèrent leurs frères obscurs d'avoir tenté de les supprimer, sous prétexte d'une quelconque jalousie envers les forêt moins sombres et touffues qui leurs avaient été attribuées jadis.
Ces accusation était, bien évidement, sans fondement et d'ailleurs, nul de ne possédait que ce soit d'un coté ou de l'autre de frontière ce type de magie funèbre.
Il n'en fallu pas plus pour mettre le feu aux poudres. De part et d'autre de la ligne imaginaire, on se préparait au combat sous le regard d'une famille royale hébétée.

C'est alors qu' Eowish III, souverain actuel des elfes, ordonna à son peuple de cesser toute querelle et de se reconcentrer sur ce qui les unissait plutôt que de se déchirer à cause de haine ancienne.
Le peuple suivit sa parole, bien..trop bien même. Le mal était fait et cette catastrophe avait brisé les fragiles liens de confiances qui les unissaient. Désormais isolé du reste du monde et menacé par une guerre civile, le peuple et le royaume entier se recroquevilla sur lui même, épiant sur le seul lien que les unissait: la famille royale. Désormais, la moindre parole malheureuse du roi ou de son successeur un faveur de l'un ou de l'autre pouvait déclencher une guerre civile.

Pour moi, cette attention accrue fut un véritable calvaire alors que jusque-là, elle se limitait aux rencontres officielles. J'ai du user de mille et un stratagèmes pour La cacher..pour Nous cacher au yeux du public.

Trois ans après la catastrophe, au palais bigarré.

Cela devait être une matinée comme les autres. En cette aube colorée, seuls les domestiques s'affairaient un peu partout dans le palais. Nettoyage, cuisine, linges, tout devait être parfait pour les besoins de la famille royale, encore endormie.
Pourtant, il y en avait un qui n'avait pu trouver le sommeil. Oh! Bien loin est l'idée qu'il ait été frappé par une quelconque insomnie. Cyn'del avait juste passé la nuit à la bibliothèque pour parfaire ses connaissances sur les végétaux de son pays.
Son cher père lui avait déconseillé de nombreuses fois d'avoir un tel comportement, digne d'un rat de bibliothèque. Un futur roi se devait de paraitre irréprochable et fort, encore plus maintenant qu'avant.
Ça, le prince s'en fichait royalement et ne comprenait pas pourquoi il devait se plier à de tels usages obsolètes alors que sa cadette, elle, du haut de ses 33ans, n'était pas soumise à cette pression monstre.

"Elle n'est pas destinée à régner!"

Voila ce qu'il reçu comme seule réponse de sa mère lorsqu'il eut le malheur de lui demander.
Quoiqu'il en soit, histoire d'éviter de rencontrer le moindre 'espion parental' (comme il lui plaisait de les nommer), le jeune naturaliste décida de passer par les cuisines et d'ensuite emprunté une série de couloirs dérobés qui le mènerait à sa chambre. Il n'y avait rien de plus facile de créer des passages secrets dans une citadelle végétale lorsque l'on maitrise la magie naturelle. Cette astuce lui avait permit d'éviter bien des problèmes. Restait encore à rejoindre les cuisines, située au sous-sol, lorsque l'on se situe au 1er étage.
Droite...gauche, le couloir est dégagé, sortie possible. Cinq mètre le sépare de l'escalier en colimaçon qui le mènerait directement à son but. La voie étant libre, il s'y rendit d'un pas léger mais surtout, rapide.
Au seuil des marches, les sens en alerte, il sonda l'escalier, histoire de savoir s'il ne risquait pas de rencontrer quelqu'un en contre sens. Silence total, bonne nouvelle. Toujours sur ses gardes, il descendit les marches quatre à quatre.
Arrivée aux cuisines, le plus dur restait encore à faire: traverser la pièce pour rejoindre le mur en-face, là où se trouvait la série de couloirs secrets.
Droite, puis gauche, la pièce est vide, chance! Il put rejoindre facilement le mur en vis à vis. Soudain, des voix se font entendre, deux exactement. L'une est celle du cuisinier en chef, l'autre, d'une elfe inconnue. Plaquant sa main chargé de magie avec hâte, il écarta l'entremêlement de branches, de feuilles et d'écorces qui le séparait de sa cachette.
Heureusement, il réussit à s’engouffrer dans la brèche et à la refermer juste avant arrivée des deux personnages.
En sécurité mais néanmoins curieux, Cyn'del ouvrit un petit trou afin d’identifier la provenance de la voix inconnue. Il s'agissait d'une elfe d'à peu près son age, à la peau blanche et à la longue chevelure brune. A l'attirait qu'elle portait ainsi qu' aux pièces de viandes qu'elle tenter de négocier avec le cuisinier, le prince en déduisit qu'elle devait appartenir à une des ces familles chargée d'apporter le gibier histoire de nourrir tout le palais.

A cet instant, j'ai cru que mon cœur allait imploser tant il ne cessait de tambouriner dans ma poitrine. Cette vision venue d'ailleurs tranchait tellement avec toute ces filles que Père et Mère me présentaient à longueur de journée. Si seulement elle avait été de la bonne couleur..

Elle s'appelait Mywen..Mywen Saroa. Il avait reçu cette information à force de l'épier secrètement à chacune de ses visites au palais végétal. Une fois ou deux, il avait même réussit à la croiser au détour d'un couloir. Quand un jour, prenant son courage à deux mains, il se décida à l'aborder franchement. Le plus dur dans tout ça n'était pas de lui parler (il s'était sans cesse repasser des scènes idylliques en sa compagnie durant plusieurs semaines.), mais plutôt de ne pas se faire surprendre par une tierce personne.
L'étape une était de sortir de cette prison d'écorces et de feuilles sans se faire voir, puis de gagner la forêt sous ses traits animales, histoire de passer inaperçu.
Une fois encore, ce sont ses dédales secret aménagés par ses soins qui lui sauvèrent la mise.
Durant une semaine, le plus souvent de nuit, il s'était creusé une petite sortie dérobée partant de sa chambre pour rejoindre l'arrière du Sérail. Il savait qu'elle passerait par là..Elle passait toujours par là.

5h30, elle arrive dans les cuisines, les bras chargés de la chasse du matin...Lui, se prépare soigneusement. Il s'habille de ces vêtements plus ordinaire qu'il avait déniché.

5h48, elle termine ses transactions, salue d'une voix guillerette le chef avant de se diriger vers la sortie. Lui a terminé son sosie de bois mort qui, mût par une nouvelle force magique, empêchera quiconque d'entre dans ses appartements en imitant la voix de son maitre.

5h53, elle salue les gardes de la grande porte et contourne le "Grand Gardien de Bois", le siège général de la milice du royaume. Lui referme le passage derrière lui, au cas où une tierce personne parviendrait tout de même à pénétrer dans sa chambre. La disparition vaut mieux mieux que la découverte de sa 'trahison' au Code.

6h02, elle a atteins l'arrière du palais..elle se dirige vers une partie plus dense de la forêt, sans doute la où elle habite. Lui, capuche rabattue, laissant son visage dans une pénombre presque obligatoire, rejoins l'extérieur, puis, referme le passage.

A partir de là, tout s'est accéléré. Cyn'del, sous ses traits de cheval chimérique, n'ayant aucune autre information sur son emplois du temps précis, puisqu'il ne l'avait jamais suivie jusqu'à l'extérieur de cet endroit qu'il nommait 'maison', devait se contenter de la suivre à bonne distance.
Les minutes défilèrent, se transformant peu à peu en une heure de poursuite. Le prince avait l'impression de tourner en rond dans ces lieux qu'il ne fréquentait que rarement. Il détourna le regard quelques secondes de cette silhouette et jeta un coup d’œil par dessus son épaule, juste pour essayer d'évaluer les distances avec le palais végétal. Juste...quelques secondes..de trop.
Elle avait tout bonnement disparu dans la sylve. Perplexe au début, l'elfe gris scruta les environs avec frénésie. Elle ne pouvait pas s'être envolée comme ça!
Soudain, un bruit provenant de derrière..du bois souple, plié contre sa volonté et frottement de corde végétale. Il se retourna, lentement..pour apercevoir une flèche prête à être plantée entre ses deux yeux.

"Pourquoi tu me suis?" fut ses seuls mots à mon égard. Par ce geste, elle me fit comprendre qu'elle savait pertinemment que je n'étais ni un animal, ni un elfe en promenade. J'avoue, je n'avais aucune chance face à elle.


Prit sur le fait, il ne lui restait comme option que de reprendre une forme normale et de s'excuser..jusqu'à ce qu'elle baisse son arme. Bien sûr, jamais, elle n'aurai mis sa menace physique à exécution, aucun elfe ne l'aurai fait, mais face à une arme, les réactions sont toujours les mêmes.
Une fois son visage dévoilé au grand jour, elle le reconnu..mais pas de la façon à laquelle il s'attendait. Elle le reconnu comme "le type qui squatte près des cuisines, de temps en temps" et finit même par déduire qu'il était le second du cuisinier. Il est vrai que le prince ne sortait pour ainsi dire quasiment jamais, hors des réceptions officielle. Il n'était donc pas impossible qu'elle n'ai jamais vu le visage du dauphin..à son plus grand bonheur. Il n'infirma pas cette relation fausse qu'il entretiendrait avec le palais. Cette couverture était plus que providentielle pour nouer des liens avec cette délicieuse jeune femme.

Des heures durant, ils se mirent à sympathiser, naturellement, comme deux jeunes du même age. Même si un monde les séparait, Cyn'del l'appréciait pour ce qu'elle était et pas pour ce qu'elle pouvait lui apporter. Si bien que lorsque l'heure de se séparer vint (le prince ne pouvant pas rester plus longtemps pour ne pas éveiller les soupçons.), ils se promirent de se revoir le lendemain, au même endroit, à la même heure.

Ce stratagème marchait bien, tellement bien qu'il l'utilisa presque tous les jours, lorsqu'il sortait en douce la retrouver. Toujours tôt le matin, ou tard le soir. Ils étaient devenu très proches. Elle lui apprenait les rudiments de la chasse, lui apprenait des livres de recette par cœur pour pouvoir lui expliquer mille et un plats extraordinaire. Les excuses étaient toujours les mêmes, lorsqu'il devait s'absenter pour un long laps de temps: il devait rendre visite à sa famille, de l'autre côte du continent, côté elfe blanc alors qu'en vérité, il se devait d'assister à tel ou tel meeting ennuyeux. Les heures qu'il devait normalement consacrer au sommeil, il les passait soit en sa compagnie, soit à rêver éveillé d'elle.
Eowish, son père, se doutait bien de quelque chose face aux cernes de don fils ainsi qu'à son regain d’intérêt pour l'art culinaire, venu d'on ne sait où mais il n'osait ou plutôt ne pouvait réagir sur ce comportement étrange sans ameuter l'opinion public.

les années passèrent...

Je n'ai jamais vraiment su si elle m'avait reconnu, au final...Si elle est..partie en étant unie à un prince ou à un commis de cuisine. Quelque part, je pense qu'elle savait depuis longtemps mais qu'elle n'osait pas me l'avouer.

..Les conversations se firent plus intimes. Ils avaient les même idées, les même envies..envie d'un pays sans tension, comme avant la catastrophe, envie de monde extérieur..Les même espoir aussi, quelque part, l'espoir que le dauphin arrange les choses et rétablisse les lien avec les autres nations lorsque son tour de régner viendra.
Face à ces deux êtres presque fusionnel (c'est ainsi qu'il se décrivait), ils ne leurs restaient qu'un seul pas à franchir avant d'être unir à tout jamais: que leur union soit reconnue par la divinité d'Ar Elémia: Shiva.

~mentionner votre Royaume~

Royaume d'Ar Elémia

~mentionner votre type de manga auquel votre perso va s'apparenter~

Shonen, Seinen
Revenir en haut Aller en bas
 
Cyn'del Kaeith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
暁の領域 : Akatsuki no Ryōiki :: Informations pratiques :: Présentation des membres-
Sauter vers: