~~~~~~~~~~~~~~~~~~Redonnez de la couleur à ce monde né dans le sang~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hypnos



Messages : 189
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 22
Localisation : Tour du rêve éternel

Feuille de personnage
Nom: Hypnos Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin, 5ème du nom
Royaume:
Relations:

MessageSujet: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Jeu 21 Avr - 20:08

Une forêt brule. Un feu glacé la submerge , la consume et la détruit, elle est ses habitants. Le visage des victimes est plongé dans une brume informe, le souvenir est ancien. L'image change, les oiseaux se sont tût, les animaux ont fuit. Le village est sa communauté jadis si paisible ne sont plus. Le souvenir s'est mué en cauchemar. Au centre de ce carnage, un petit garçon, des larmes mouillent son visage encore juvénile. Des bruits de sabots s'éloignant se font entendre...Les mercenaires tueurs s'éloignent, ne laissant rien d'autre que désolation et vengeance.
Ce genre de rêve, Hypnos en constatait de plus en plus, toujours les mêmes...toujours le même genre...Il n'était pas siens, ces songes, loin de là, mais il s'en servait depuis un temps maintenant, pour se déplacer à travers tout Racyne. Rien de plus facile pour le mythique gardien du monde la moins connu mais le plus visité: le monde des rêves.
S'il voulait se rendre à un endroit inconnu pour lui, il se renseignait sur le lieu puis sélectionnait un rêve dont le paysage s'y rapprochait plus ou moins. La marge d'erreur était assez importante, surtout pour un novice comme lui, mais il s'améliorait de jours en jours.
Toujours le même genre de rêve...Son père lui avait toujours répété qu'il ne devait pas interférer dans les affaires des souverains de Racyne, mais il ne pouvait s’empêcher d'avoir une opinion sur ces royaumes. Il ne reconnaissait pas encore les blasons et insignes des garnisons mais des récurrences se faisaient sentir, toujours floues. Une armée de femme-guerrière, une reine démoniaque, un roi masqué,...Ce cauchemar ne faisait pas vraiment exception...comme un film que l'on revoit sans cesse, à la fin, ça ne nous touche plus vraiment.
Une lumière éblouissante, la personne se réveille, le voyage est terminé. Retour au carrefour de les rêves, dans l'espace noir et étoilé du monde des rêves. Hypnos décide d'attendre un peu, histoire de ne pas apparaitre subitement devant la personne du rêve. Observant ses faites et gestes par le biais d'un miroir sans teint, il attends que le jeune homme, si jeune dans le rêve, ne s'en aille. Ceci fait, après plus ou moins 30 minutes, le jeune gardien décide de se matérialiser dans le monde 'des conscients'. S'étirant et rabattant sa capuche sur ses épaules, il s'exclama, pensant tout haut:


"Je m'y ferais jamais, c'est pas possible! Racyne est vraiment un monde à problèmes!"


Regardant autour de lui, il se demanda s'il était tombé au bon endroit finalement. Il n'y avait pas grand chose part ici, c'était juste une immense plaine vallonnée avec de nombreux bosquets d'arbre ci et là. D'ailleurs, il se trouvait à coté de l'un d'eux. Les hommes trouvent toujours plus rassurant le fait de dormir en hauteur. Un rapidement coup d’œil sur le ciel lui indiqua qu'il n'était pas encore midi. Lui qui pensait se retrouver à l'extérieur de la ville d'Agathe, il était au milieu de nulle part...Après avoir sortir une carte de Racyne-constituée au fil des siècles par ses ancêtres- de son sac, il pointa l'endroit probable où il était: la vallée persistante. Au moins, il était sur le bon continent...Se référant à la densité de personne endormie sur le continent, il repéra la direction dans laquelle il devait se diriger. Il allait se mettre un route quand un craquement retenti derrière lui. Y avait-il d'autres personnes en ce lieu...Quelqu'un qui l'avait aperçu...ou quelque chose?
Hypnos se retourna lentement...Une chèvre...dont seule la tête émergée d'un épais buisson. Une tête de chèvre verte et noire...normal quoi...Quoique...dans le monde des rêves peut-être mais dans le monde conscient certainement pas!
Curieux et méfiant, le jeune gardien fit un pas dans la direction de l'animal étrange. Celui-ci bêla de mécontentement et une deuxième tête émergea des buissons...une tête de lion! La bête sorti de sa cachette. Elle possédait 3 têtes-une de chèvre, une de lion et une autre de dragon- son corps était celui du lion, avec une queue de dragon et son pelage était vert et noir. Une drôle de bestiole qui lui arrivait au menton alors qu'elle n'était qu'à quatre pattes! Peu rassuré, Hypnos recula, doucement, mais un second bêlement retentit derrière lui, suivit d'un troisième! Deux autres de ces animaux lui coupaient toute retraite. Sur ses gardes, il arma son bâton de mage et concentra sa magie. Dans cette plaine vide, il ne risquait pas de dévoiler ses pouvoirs si particulier à quelqu'un...
Soudain, la bête en face de lui contracta ses trois cous avant d'ouvrir ses gueules. Un puissant jet de flammes ardentes y sortit. Sans plus attendre, le gardien frappa le sol avec le bout du manche de son arme. La sphère rouge se mit à briller intensément et un immense bouclier violet translucide vint se placer entre la bête et sa proie. Voyant cela, les deux autres monstres se ruèrent sur leur cible. Une deuxième frappe du bâton fit apparaitre d'innombrable épée dans son dos, ce qui les dissuada de s'approcher d'avantage. Alors qu'il pensait contenir plus ou moins la situation, un autre bêlement retenti sur la droite! Une quatrième bête, suivit d'une cinquième, plus jeune, bondirent sur lui.
Hypnos, sous le coup d'un réflexe, utilisa son bras comme bouclier face à la mâchoire de lion qui tentait de lui labourer le visage. Dans la surprise, il tomba à la renverse et les épées avaient volé en éclats, mais le bouclier semblait encore tenir bon, mais pour combien de temps. Le cerveau du gardien marchait à plein régime...comment allait-il pouvoir réussir à venir à bout de ses bêtes féroces qui déjà s'approchaient dangereusement de lui?

_________________
(\__/)   /l、
(='.'=) ゙(゚、 。 7
(")_(")  l、゙ ~ヽ
_____  じしf_, )ノ
Lapin Pouit Pouit et Miaou Miaou Kitty Max Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://tengoku-tai-jigoku.forums-actifs.com/
Shiki Elzevir
Admin


Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2010

Feuille de personnage
Nom: Shiki Elzevir
Royaume: Royaume d'Agathe
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Jeu 21 Avr - 23:13

Un soupir s’échappa avec indolence de ses lèvres. L’ennui, client fidèle de ses récents voyages, compagnon égoïste et passager, revenait l’habiter dans une douloureuse atonie… Couché de tout son long sous les ombres mouvantes d’un cadavre végétal, c’est dans une pléthore de gestes continuels, inlassables, qu’il faisait briller son Kriss sous un voile de lueurs vagabondes.

Voilà trois longs mois qu’il n’était plus revenu au Royaume d’Agathe, son énième excursion des contrées plus lointaines s’était révélée… quelque peu inutile. Mais c’était normal, après tout, il n’avait fait qu’arpenter les lieux déjà tant étudiés les années précédentes. Son prochain voyage, certes décidé après de nombreux doutes, était fermement établi : dans les prochains mois, il partirait à la rencontre de Barashiri, avec la ferme intention de trouver l’immunité à l’Umbra. Après tout… il n’avait plus rien à faire…

Se redressant légèrement pour ranger sa lame sacrée, c’est avec vigueur qu’il finit par se lever, quittant l’arbre en décrépitude pour s’avancer plus profondément sur les limbes de la vallée. Dans des vagues étranges et généreuses, le soleil inondait pleinement les terres à l’horizon, déchues, isolées, elles paraissaient fascinantes dans leur doux abandon mais il n’y avait jamais… personne. Shiki sourit, furetant d’un regard fébrile les arbres bercés par ce vent malsain, à la tiédeur pesante et insupportable. Cependant, sa transe de paresse se brisa sous des cris rauques qui transcendèrent l’atmosphère. Ou plus exactement… des bêlements…

Des chimères … ? Son regard glissa vers le renfoncement qu’il longeait depuis tout à l’heure, pour y découvrir ce qui semblait être… un véritable troupeau affamé. D’une main nonchalante, il dériva de ses yeux une mèche rétive, décalquant de ses prunelles écarlates la scène qui s’offrait à lui. Leur proie : un paysan ? Serait-ce seulement possible qu’il y est quelque éleveur assez fou pour s’aventurer en ces lieux, dans l’espoir de dresser ces bêtes immondes ? Le prince se mordit la lèvre avec irritation et sans la moindre analyse superflue, l’espace se disloqua, et les bords de la vallée se démantibulèrent. Sous un silence imperturbable, imperceptible, il n’y eut plus aucune dénivellation pour lui entraver le chemin. Le cœur palpitant, il chevaucha dans une vélocité surprenante la créature la plus proche, avant de lui enfoncer un Kriss acéré dans le creux du cœur. Une fois la peau transpercée, la chimère se dissipa, tandis que Shiki retomba sur le sol, les mains tremblantes d’excitation. Suite à son attaque inattendue, les créatures s’éloignèrent, et c’est d’un léger sourire aux lèvres, qu’il fit apparaître une vague de pierres et terres. Celle-ci renversa 3 de ces horreurs dans une impulsion tout à fait contrôlée, prenant soin de ne pas commettre de dégât sur le détenu accidentel de la prison temporelle. L’esprit vif, sans attendre la moindre seconde, le blond se jeta sur ces animaux difformes qui remuaient encore sous la tonne de terre qui les recouvraient, avant de leur transpercer sans vergogne yeux, cœur. Tout ce qui lui était présenté tant que chacune fut touchée. Ses narines étaient palpitantes, sa main moite et frémissante, le sourire vainqueur il crut avoir tout achevé lorsqu’une morsure de chèvre enragée saccagea la chair de son bras. Etouffant un cri de douleur, il acheva la bête d’un Kriss dans la gorge, avant de la voir disparaître, l’esprit soulagé.


- Quelle saleté…

Le sourire partagé entre amusement et colère refoulée, il s’approcha de son prisonnier imprévu. Ses pas annoncèrent le retour de la vallée originelle, sans oublier la réapparition des chimères qui jonchaient, inertes, le sol verdoyant. Une fois arrivé près de lui, il s’accroupit, avant de plonger un regard intense dans le sien.

-Est-ce que… ça va ?


Dernière édition par Shiki Elzevir le Ven 12 Aoû - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hypnos



Messages : 189
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 22
Localisation : Tour du rêve éternel

Feuille de personnage
Nom: Hypnos Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin, 5ème du nom
Royaume:
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Ven 22 Avr - 15:57

Face à cette immense gueule de lion qui s'acharnait, déchiquetant les chairs, sur son bras, Hypnos avait du mal à ordonner ses pensées, étant plus occuper à résister à la force écrasante de la bête. Cette monstruosité, voyant la résistance évidente de sa proie, décida de manger chaud ce jour-là. Approchant sa gueule de dragon, elle usa du long cou de celle-ci pour contourné l'action en cour et atteindre directement le visage de son diner. Elle ouvra sa deuxième gueule si bien que le jeune gardien pu sentir la chaleur de la boule de flamme qu'elle contait lui envoyer. Face à ce messager de la mort drapé d'écarlate, il vit défiler sa courte et monotone existence devant ses yeux:Son enfance, ses premières expéditions dans le monde des rêves, les études, les entrainement, son père, sa mère, une mare de sang...Tout ça pour rien?! Il n'en était pas question! Mourir ainsi était trop bête, trop absurde! Il...il avait tant de chose à accomplir..Il devait sauver son père et le monde inconscient des terribles stigmates d'Umbra! Cette mort futile, il n'en voulait pas!
Rageur, il tenta d'agripper l'épée à sa ceinture-puisque dans la surprise, il avait lâcher son bâton- lorsqu'un inconnu fit irruption de nulle part et se lança se le dos de la bête qui promettait une mort douloureuse à Hypnos. Le monstre se cambra et dans son geste brusque, il arracha ce qui restait de la manche du gardien, découvrait jusqu'à son épaule son bras gauche. Puis, oubliant sa précédente cible, la chimère tenta de se défaire de ce jeune culotté de l’interrompre ainsi, en vain. Le nouvel assaillant, armé d'un étrange poignard dont le tranchant de la lame, loin d'être lisse, était ondulée comme un serpent...ou comme des vagues, au choix, planta son arme entre les côte de la bête..en plein cœur. L'étrange animal ne poussa aucun cri et disparu, comme si elle n'avait jamais existé.


"Qu'est-ce que..."lâcha Hypnos, abasourdit par l'action qui venait de se dérouler sous ses yeux.


Comme paralyser par cet homme, pourtant pas plus âgé de lui, il ne put qu'assisté, impuissant, au ballet mortel auquel il s’adonnait. Le regard dément, il observait les autres bêtes qui déjà s'éloignaient, sans doute ressentaient-elles, elles aussi, le danger qui émanait de ce personnage. Soudain, d'immenses rochers sortirent de nulle part et ensevelirent trois de ces monstres restants. Cela fait, l'adolescent au cheveux blonds se jeta sur les animaux remuant misérablement sous la tonne de gravats qui les ensevelissaient. Commettant un véritable massacre, il lacera toutes les parties des corps de ses victimes, œil, tête flanc,...plus rien ne pouvait l'arrêter dans sa rage meurtrière.
Hypnotisé avant ça par l'irruption inattendue de son sauveur, le gardien ne remarqua seulement qu'à cet instant que son bouclier translucide avait disparu...Tant mieux, se disait-il, il n'aurait pas à expliquer sa présence à l'inconnu mais quelque chose clochait...Même si le bouclier semblait avoir disparu, même si ses yeux ne le percevaient plus, Hypnos sentait encore que son sort lui drainait de la magie...Logiquement, le bouclier devait encore être en place. Par pure précaution, il annula son sort, mais l'histoire méritait d'être creusée. Revenant à la réalité, il n'eut pas le temps de prévenir l'inconnu que la dernière bête se jeta sur lui, et hors d'elle-même, s'acharna sur son bras avec sa tête de chèvre. Étouffant un cri, le jeune homme arma son autre bras et transperça son arme si particulière dans la gorge de l'animal, qui disparu à son tour, comme tous les autres. Après avoir juré entre ses dents, l'inconnu se retourna vers le gardien et vint s'accroupir près lui


"Est-ce que...ça va?"lui demanda-t-il alors.

Alors qu'il s’apprêtait à répondre, Hypnos remarqua des les cadavres des monstres étaient réapparu comme par magie. Devant tout ce sang se répandant peu à peu de leurs cadavres, il eut en haut le cœur, cela lui rappelait trop le jour de la mort de sa propre mère. Il reporta ensuite son attention sur le jeune homme, qui avait reprit un visage plus...humain. Son regard rouge le transperçait littéralement, comme si il voyait à l'intérieur même de son âme. Légèrement troublé, il finit quand même par lui répondre.

"Ça va..Merci, sans vous, j'étais mort..."


En se redressant sur ses avants bras, il grimaça doublement de part sa blessure qui était assez douloureuse mais aussi à cause du fait que cette imbécile de bête avait déchiqueté son vêtement qu'il ne pourrait pas remplacer tant que l'autre l'était présent. En parlant de vêtements, ceux de l'inconnu lui faisait plus pensé à un noble qu'à un paysan...Mais qu'il soit l'un ou l'autre, cela n'expliquait pas sa présence ici...ni la sienne d'ailleurs. Mais avant de réfléchir à une excuse plausible, il lui fallait répondre au devoir élémentaire de politesse. Après s'être relevé, il se présenta en bonne et due forme.

"Je me présente...Je m’appelle Hypnos Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin, 5ème du nom...Puis-je connaitre l'identité de mon sauveur?dit-il en courbant légèrement le buste et en plaçant une main sur son cœur, pour le saluer.

_________________
(\__/)   /l、
(='.'=) ゙(゚、 。 7
(")_(")  l、゙ ~ヽ
_____  じしf_, )ノ
Lapin Pouit Pouit et Miaou Miaou Kitty Max Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://tengoku-tai-jigoku.forums-actifs.com/
Shiki Elzevir
Admin


Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2010

Feuille de personnage
Nom: Shiki Elzevir
Royaume: Royaume d'Agathe
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Ven 22 Avr - 21:03

Le jeune inconnu perdura quelques instants dans un mutisme hésitant, l’esprit légèrement déconcerté, les yeux fixés sur les chimères désœuvrées de leurs âmes. Shiki s’était quand à lui immergé dans les abysses de ce regard ombré de l’intérieur, où la blancheur commune s’était totalement dissolue dans les ténèbres. Ces yeux… dans ce néant infini, ces iris bariolés transparaissaient telles deux billes coruscantes contrastées sous la lumière. Ils étaient… si… irrationnels, si… malades ? Vraiment, il était trop tôt pour s’avancer dans ce terrain dangereux, mais serait-il seulement possible, que ce noir à l’intense profondeur soit le fruit … de ces fameuses « stigmates » ? Sur la vague d’un instinct encore flou, l’esprit irrigué par un flux infini de suppositions, il sentait que la personne devant lui ; suivait un but bien particulier.

"Ça va...Merci, sans vous, j'étais mort..."

Esquissant un sourire gêné, s’apprêtant à tendre la main au jeune inconnu pour l’aider à se relever ; c’est dans une grimace douloureuse que le jeune homme s’exécuta seul. Ses blessures étaient renflées, saillantes, et son bras dénudé se revêtait avec langueur de ce sang fugitif qui ne cessait de s’évader. Pourtant, il n’en semblait pas affecté, et c’est dans une attitude diligente qu’il se releva. Cette personne, peut-être du même âge que lui, lui paraissait déjà fascinante.

"Je me présente...Je m’appelle Hypnos Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin, 5ème du nom...Puis-je connaitre l'identité de mon sauveur? "

Ses yeux s’écarquillèrent. Jamais en 17 ans de vie, il n’avait entendu tel patronyme, ni pour un noble, ni pour quelque éleveur ou paysan. Comme pour l’imprimer dans sa mémoire avant que cette myriade de mots ne s’évade, il les murmura un à un, le regard écarlate totalement fixé sur le paysan. “Hypnos … Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin ”. Le jeune homme marqua un court instant … « Ortwin… ». Ce nom lui évoquait quelque chose… mais cette chose restait insaisissable. Quoiqu’il en fût, Shiki répondit comme il se devait à sa nouvelle rencontre étonnamment bien courtoise, répétant les mêmes gestes, le sourire plein de charme sur le coin des lèvres.

« Ah … ah… c’est un sacré nom ! Moi c’est Shiki Elzevir, habitant du Royaume d’Agathe. Je n’aimerais pas te brusquer mais, tu n’es pas d’ici, n’est-ce pas ? Car vois-tu, aucun membre du peuple n’est assez fou pour venir s’égarer dans la vallée… »

Il marqua une pose. Deux possibilités s’offraient à lui, soit il venait d’emménager lors de ses deux mois d’absence… soit c’était un voyageur perdu. Shiki était certain de ne l’avoir jamais aperçu, et son Royaume, il le connaissait bien. A présent, restait à savoir si le mystérieux Hypnos s’offrait à lui comme ami ou ennemi potentiel. Ses yeux vermeils exhibèrent quelques coups d’œil furtifs aux environs – mieux valait rester prudent – avant d’apercevoir ce qui semblait être une «matraque de bois» (pour la chasse à la chimère ? pas pratique). Il s’avança avant de s’abaisser pour le ramasser, les mains glissant doucement sur la texture rêche et rugueuse de ce bois de qualité. Dans ce léger contact, il sembla percevoir d’éthérés débris d’une magie inconnue, dangereusement rarissime. Son visage blasé se releva vers le jeune homme drapé de noir. Etait-ce son bâton ? Où l’avait-il trouvé ? Pour le moment, il se devait simplement de lui rendre. Alors, il se releva dans son indolence habituelle, avant de tendre sa précieuse trouvaille à la nouvelle rencontre.

"C’est à toi, non ?"

Le jeune prince reporta doucement son regard sur le bras labouré d’Hypnos. Ses yeux perdurèrent fixes, scrutant les lésions macabres de la plaie. Puis, il y pressa, en prudence et infaillible vigilance, ses doigts grêles et longilignes. Tout en tiédeur, ses mains tâtèrent la chair empoissée par le sang et la salive luisante de l’animal avant d’éloigner sa main droite de la plaie. Il l’enfuit alors dans une sacoche de cuir fixée solidement autour de sa taille, y fouilla quelques instants et en ressortit une fiole translucide.

"Ce sera douloureux… "

A ces mots adressés avec embarras, il resserra l’étreinte de sa main gauche, ouvrit la fiole à l’aide de ses dents et déversa l’entièreté du contenu dans la chair palpitante. Il lâcha finalement son prisonnier temporaire.

"Pour le moment, ça devrait suffire."

Revenir en haut Aller en bas
Hypnos



Messages : 189
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 22
Localisation : Tour du rêve éternel

Feuille de personnage
Nom: Hypnos Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin, 5ème du nom
Royaume:
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Ven 22 Avr - 23:18

Face à la réaction de son sauveur, puisque celui-ci, légèrement étonné face à la longueur de son patronyme, se mit en tête de tenter de les mémoriser en les répétant lentement, Hypnos en conclut que avoir une identité aussi...longue,dirons-nous, n'était pas vraiment courant dans région. En fait, il était même persuadé que peu d'autres personnes devaient avoir autant de prénoms et même si c'était la norme dans sa famille, il décida dès lors de se limiter à son prénom usuel, "Hypnos". Tout ce qu'il espérait en fait, c'est que le jeune homme n'ait aucune connaissance des anciennes légendes de Racyne.
Peu de textes écrits ayant survécu au temps mentionnait son nom de famille et son clan en tant que gardien du monde secret. Ses ancêtres avaient fait tout ce qu'ils pouvaient pour en récupérer un maximum mais entre leur vie de famille et leur travail, cette tâche n'avait pas été vraiment une priorité...Il restait donc un risque...même infime. Le gardien n'avait quasiment pas réfléchit à travestir son identité ou même à trouver une histoire pour ne pas dévoiler les vraies raisons de son voyage, vu qu'il ne se montrait que peu au monde extérieur. La courtoisie apparente de son interlocuteur affermit ses opinions...il n'avait pas affaire à n'importe quel paysan...loin de là. On va dire que ceux-ci, bien qu'ils exerçaient un bien noble métier, ne prenait pas le peine de se présenter ainsi.


« Ah … ah… c’est un sacré nom ! Moi c’est Shiki Elzevir, habitant du Royaume d’Agathe. Je n’aimerais pas te brusquer mais, tu n’es pas d’ici, n’est-ce pas ? Car vois-tu, aucun membre du peuple n’est assez fou pour venir s’égarer dans la vallée… »

Shiki...il saurait s'en souvenir. Peut-être raconterait-il cette histoire à ses descendants...du moins s'il survivait à la suite des événements et prenait femme. D'habitude, il était de nature plutôt optimiste mais il faut dire que la situation était mal partie. Par contre, il tiqua plus sur le nom de famille. Il venait d'une famille noble, il en était persuadé...Mais il y a énormément de familles nobles ne fussent qu'au royaume d'Agathe. Hypnos reporta ses réflexions à plus tard que ce soit sur ce nom de famille ou cet étrange pouvoir que ce Shiki possédait, il y réfléchirait à tête reposée.
La question, qu'en-t-elle, le laissa sans voix. Sans compter que le jeune homme attendait une réponse claire et concise. Le gardien ne put s'empêcher de se mordiller la lèvre inférieur et à sortir du regard rubis de son interlocuteur pour fixer le sol ou un point dans le vague. Visiblement perplexe, il ne savait que répondre. Une chose était sûre, il ne devait rien dévoiler sur la menace d'Umbra sur le monde des rêves, ni lui révéler quoique ce soit concernant cet endroit si particulier. Son père le tuerait pour ça...Néanmoins, rien ne l’empêchait de lui indiquer l'endroit de sa destination...après tout, il lui devait au moins une semi-vérité.


"Euh...Je ne suis pas de la région et je cherche à rejoindre la ville d'Agathe...Mais je crois que je me suis un peu perdu..."lui dit-il précipitamment, voyant qu'en attendant la réponse, il avait détourner son regard vers son bâton de mage.

Il lui fallait détourner son attention de cette magnifique pièce de bois qui à elle seule révélait sa véritable fonction, ne fusse par ce qu'elle était surmontée par leurs armoiries- le croissant de lune étant leur emblème depuis des millénaires- ou même parce qu'elle était encore remplie de magie onirique. Lorsque Shiki le ramassa et s'attarda plus longuement sur elle, Hypnos crut bien être démasquer, mais lorsque que son interlocuteur lui rendit sans poser d'autres question, il se sentit soulagé et souffla quelque remerciements en acquiesçant et en reprenant son bien.
Premier obstacle franchi...Mais le jeune homme ne s'arrêta pas là, car après avoir causé quelques frayeurs au gardien, il continua sur sa lancée en scrutant sa plaie sanguinolente et en la caressant doucement de ses doigts longs et fins.
Devant le calme et la grâce de cet homme, Hypnos ne chercha pas à se soustraire à son emprise, même lorsque ses doigts entrèrent en contact avec sa chair meurtries où qu'il referma sa main gauche sur son poignet. Pourtant, il ne s'en rendit compte qu'après, Shiki ne devait pas constater cette marque...cette tache informe et noire qui lui rongeait l'extérieur de l'arrière bras. Certes, sa blessure se situait sur l'avant-bras...Mais...non...surtout pas...Il n'avait aucun explication pour cela...ni même de semi-vérité. Il tenta de maitriser sa panique et observa ce que faisait son sauveur. Après avoir farfouiller quelque peu dans sa besace, il y sortit une fiole contenant un liquide...douteux.
Puis, il le mit en garde, ce qui rassura encore moins Hypnos-sans compter qu'au vu de l'étreinte qu'il subissait, il ne pourrait pas s'échapper si facilement-, avant de déboucher la fiole et de rependre son contenu sur la plaie ouverte.
Le gardien grimaca. Non pas que la douleur était insurmontable, mais ce liquide piquait et était atrocement froid. Néanmoins, après la première sensation, désagréable, s'en suivait une deuxième, plus douce. Le contenu de la fiole n'était donc pas du poison, mais sans doute un remède.
Constatant le travail bien fait, Shiki lâcha le bras de sa nouvelle connaissance.


"Pour le moment, ça devrait suffire."


"Merci...encore une fois..."

La panique avait cédé à l'embarras. Certes, le jeune homme n'avait apparemment pas remarquer la 'tâche' mais Hypnos se sentait redevable sur bien des points. Il s'attendait surtout à encore devoir répondre à des questions mais pour l'heure, quelques chose d'autre passait en premier. En effet, Shiki aussi avait été blessé par la morsure d'une tête de chèvre provenant d'une des bêtes. Constatant cela, le gardien posa son bâton et son sac sur le sol et en sortit des bandages.
Avec une douceur infinie, il saisit le bras meurtri de son sauveur et y approcha sa main droite. Une faible lueur verdâtre s'en échappa. Hypnos n'avait que de faible connaissance en magie dite de base mais il avait pu expérimenté quelque fois sur lui même ou un autre membre de sa famille ce sort de soin. Il n'était pas puissant et ne servit finalement qu'à stopper l'hémorragie mais pas à refermer la plaie. Toujours à vif, il ne fallait pas que les chairs ne s'infectent. Il banda alors l'avant bras de son interlocuteur, tentant un maximum de ne pas faire mal.


"Ça devrait aller comme ça!"s'exclama-t-il, fier de son travail soigné.

_________________
(\__/)   /l、
(='.'=) ゙(゚、 。 7
(")_(")  l、゙ ~ヽ
_____  じしf_, )ノ
Lapin Pouit Pouit et Miaou Miaou Kitty Max Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://tengoku-tai-jigoku.forums-actifs.com/
Shiki Elzevir
Admin


Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2010

Feuille de personnage
Nom: Shiki Elzevir
Royaume: Royaume d'Agathe
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Sam 23 Avr - 21:41

La fiole maintenue du bout des doigts était à présent vide, et son fluide liquoreux se baignait en doux silence dans les méandres rougeoyants qui ravageaient la peau de son vis-à-vis. Ce remède, concentré méticuleux d’essence et d’arôme, était issu de sa propre composition. Face aux blessures, la vigilance se devait d’être optimale ; nul ne pouvait prévoir quels microbes insidieux renfermait la salive poisseuse d’une telle créature. Lui-même l’avait déjà expérimenté, suffisamment de fois pour mémoriser la leçon. C’est dans cette optique qu’il rangea la fiole dans son sac, la disposant dans une multitude de flacons vides. Il ne put retenir un léger soupire de satisfaction, pour le moment, une bonne partie de ses traitements s’étaient révélés des succès.

"Merci...encore une fois..."

Ces mots conférèrent à Shiki un certain réconfort. Car s’il lui avait offert un remède, il ne s’était pas pour autant préoccupé de l’avis de sa nouvelle connaissance. Il repensa d’ailleurs, que sur les quelques instants où il l’avait soigné, même s’il était davantage concentré sur la blessure, les prunelles coruscantes de ce mystérieux jeune homme avaient vacillées. Certes légèrement, mais le malaise s’y était sombrement manifesté. Shiki n’avait pu que comprendre ses doutes, car lui-même, se laissait rarement soigner par autrui.

L’insouciance dans le regard, le mage laissait lentement errer ses yeux sur les environs. La plaine le séduisait par sa végétation abandonnée au bord de la décrépitude, ses zéphires lymphatiques que le souffle mort ne faisait plus frémir et son eau opalescente qui escarpait les pierres somnolentes de la rivière. Mais bien vite, sa contemplation s’acheva. Des mains s’étaient posées sur lui, douces, délicates, guidées par suavité et précaution. Ses yeux curieux se braquèrent sur Hypnos tels deux rubis flamboyants, consterné par la réciprocité dont faisait preuve l’énigmatique rencontre. Les cils oscillant de confusion, Shiki observa cette lumière absinthe et vaporeuse qui fuyait du creux de sa paume ; des lueurs guérisseuses qui le délivrèrent doucement de son agaçante hémorragie. Cependant, alors qu’il croyait que la tâche était achevée, qu’il s’apprêtait à enlever son bras, il constata que son vis-à-vis n’en pensait pas autant. Sans attendre, celui-ci commença à ensevelir sa plaie sous des bandes souples et rugueuses, dans une finesse qui déconcertait profondément le jeune mage dont le regard immobile mirait intensément le travail de ces mains.


Sombre. Une ombre anormale stagnait sur son coude. Une tache dont la dense noirceur lui évoquait l’abîme insondable où ses prunelles panachées surnageaient. Ca l’intriguait, sa main frémit. Ses doigts gauches tentèrent une approche, s’avancèrent en furtivité, il devait… vérifier.

"Ça devrait aller comme ça!"

Sa main revint à lui ; opération échouée. Tout d’abord étonné par l’événement, c’est d’un sourire empli de charme qu’il remercia son soigneur. Malgré tout son entraînement, Shiki n’était jamais parvenu à maîtriser la magie de base, fait qu’il trouvait assez désolant, puisqu’il avait toujours trouvé cette sorcellerie bien pratique. Le bras tendu, il observa longuement le bandage soigné dont les courbes parfaites lui ceignaient l’avant-bras, avant de prendre la parole, la même expression sur le coin des lèvres.

« Vraiment… merci, c’est parfait. »

Shiki marqua un temps de pause, le dévorant du regard. Le jeune voyageur le fascinait comme personne ne l’avait jamais fait. Son nom… Ortwin… ravivait en lui un souvenir inatteignable qu’il n’arrivait plus à hisser des profondeurs de l’esprit. Ses yeux bigarrés, ses perles qui survolaient un néant de velours ; ses marques dont la noirceur tâchait les coudes, lui évoquaient le terrible virus.

Et ce … bâton… A cette pensée, ses yeux se détachèrent d’Hypnos pour lorgner l’objet si particulier. Le croissant de lune… la lune… la nuit… Hypnos ~ le sommeil… Shiki s’enfonçait dans les tréfonds de son esprit, en quête d’explications et de réponses que ce dernier ne semblait pas disposé à lui fournir. D’une main nerveuse, il recoiffa sa chevelure indocile, tenta de reprendre le contrôle de ses méninges curieux et avides de savoir, avant de s’approcher du fruit de ses douloureuses spéculations. Il encra son regard dans le sien, les lèvres étirées dans un doux sourire.

« Hm… tu cherches la ville d’Agathe, c’est bien ça ? Je t’y emmène avec grand plaisir mais… »

Ses doigts graciles caressèrent l’arrière bras du jeune homme, frôlant délicatement cette ombre insolite qui n’avait cessé d’embrouiller ses pensées. Il arrêta son avancée jusqu’à la hauteur du coude, où il finit par lentement ôter sa paume. Ses lèvres souriantes s’effacèrent, occultées pas une mine qui se voulait insistante, les yeux cramponnés avec lourdeur au jeune homme.

« Es-tu infecté…. par l’Umbra ? Je … ne te pauserai pas d’autre question, mais réponds-moi sincèrement à celle-là.»
Revenir en haut Aller en bas
Hypnos



Messages : 189
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 22
Localisation : Tour du rêve éternel

Feuille de personnage
Nom: Hypnos Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin, 5ème du nom
Royaume:
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Dim 24 Avr - 23:03

Il l'avait remarqué. Cette tâche ténébreuse, informe et immonde. Ce rebut d'Umbra, Ce...ce..Ces stigmates qui étaient la cause de tant de problème et qui désormais, ne trouvaient rien de mieux que de venir ronger les tripes et la carcasse entière d'un jeune homme qui ne souhaitait qu'avoir une vie. Oui, juste une vie normale, grandir, devenir un homme, prendre la succession de son père, prendre femme, avoir des enfants et puis mourir un soir d'hiver au coin du feu, sous les baisers de son aimée et le regard bienveillant de ses proches. Hypnos voyait sa vie et ses espérance dévorées sans vergogne par ces choses dont l’existence même était absurde. Racyne aurait dû être le monde de la lumière, le monde des rêves aurait dû être le refuge des âmes..Umbra n'aurait jamais dû existé dans un tel tableau idyllique!
Mais le rêve n'est pas la réalité et il était bien placé pour le savoir puisqu'il avait déjà creuser sa propre tombe..à 17ans. Parfois, c'est à se demander ce qui le faisait encore avancer dans le bourbier insondable qu'était sa vie. Bouffer par un virus qui ne devait que contaminé les mondes, chaque jour, chaque heure qui passait le rapprochait de la folie la plus abjecte. Mais il s'était fait une promesse à lui même, si jamais ces stigmates venaient à bout de ses forces et de son intégrité mentale, il mettrait fin à ses jours, laissant s'éteindre avec lui sa lignée.

Il l'avait remarqué. Shiki avait tenté, pendant qu'il le soignait, d'approcher sa main gracile de son coude. Peut-être voulait-il vérifier par lui même la réalité de cette tache? Peut-être qu'il pensait qu'il ne s'agissait qu'une illusion de son cerveau..peut-être que...peut-être...Il avait dû retirer sa main avant d'avoir atteins son but, quand son soigneur avait fini avec hâte son bandage. Le jeune homme fit semblant de rien et il le remercia joyeusement, sans doute, dans sa concentration, n'avait-il pas aperçu le regard inquiet du gardien face à son geste. Il observa un temps le bandage appliqué avec soin, sans doute histoire de contempler le travail parfais de son soigneur.



« Vraiment… merci, c’est parfait. »lui avait-il répété, visiblement plus que satisfait.


Hypnos lui avait montré un sourire embarrassé en guise de remerciement. Il n'avait plus l'habitude de ce genre de compliment à son égard..depuis que sa..mère avait reprit la succession de son père et qu'elle avait cessé de le regarder avec les yeux d'une mère. Cette pensée l'attrista, la souvenir de sa mère était encore présent..trop présent. Sans cesse, elle le rappelait ce qui allait lui arriver s'il échouait. Puisque Shiki n'avait manifesté aucun commentaire, il en conclut que l'affaire était résolue, du moins pour le moment. Le gardien entreprit donc d'effectué un bandage sur son propre bras sous le regard plus qu'insistant de son 'nouvel ami'. Sous ces prunelles rubis qui le transperçaient de part en part, il avait de plus en plus l'impression que ce jeune homme tentait et allait arriver à le percer à jour.
Une fois le bandage terminé, Hypnos rangea les bandes restantes dans son sac, toujours posé au sol puis il lança un regard vers Shiki, ne sentait plus son regard sur lui. Il avait eu raison de se méfier puisque son sauveur n'arrivait pas à détacher son regard flamboyant de son bâton de mage. Il était comme...plongé dans une transe, réfléchissant tellement qu'il faisait abstraction de tout ce qui l'entourait avec tant de facilité que s'en était déconcertant. Mais visiblement, sa réflexion n'aboutit, puisqu'il finit par revenir à lui, se recoiffant et en pestant nerveusement.
A moins que ce ne soit parce que le gardien avait fini par se relever, hissant son sac sur ses épaules et reprenant son bien précieux dans ses mains tant et si bien qu'il l'avait peut-être déconcentré. Quoiqu'il en soit, ce jeune homme était bien trop perspicace à son goût. Il devait rapidement s'éloigner de lui avant qu'il n'en découvre de trop à son sujet. Il allait lui souhaiter une bonne continuation quand Shiki, le regard ancré sur lui comme un gamin sur un insecte extraordinaire, lui annonça, un sourire enfantin étiré sur son visage.



« Hm… tu cherches la ville d’Agathe, c’est bien ça ? Je t’y emmène avec grand plaisir mais… »


Il connaissait l'emplacement de son but...Hypnos ne pouvait pas cracher sur cette information capitale pour lui. Il devait se rendre à cette ville millénaire pour consulter les archives de la famille la plus ancienne de la ville: la famille régnante-dont il n'arrivait plus à retrouver le nom...-. Cette opération allait être risquée vu la réputation que la chef de famille-Agathe- se trainait depuis l'âge de ses 10ans. mais il n'avait pas trop le choix puisque les archives de sa propre famille n'était pas suffisante, il se devait de chercher ailleurs.
Soudain, il tressaillit. Sans qu'il n'oppose la moindre résistance, Shiki s'était approché et le plus innocemment du monde s'était mis à caresser avec une grâce calculée cette tâche informe et noire qui lui rongeait l'arrière-bras.
Horreur! Tel un enfant face à un mystère excitant, il n'avait pas renoncer à triturer l'objet de ses interrogations. Face à cet homme plus que déconcertant par sa grâce et la soudaineté de son geste, le gardien était resté immobile, ne pouvant que prier pour qu'il cesse de toucher cette marque d'infamie. Il cessa enfin, prit un air plus grave et le regard suppliant, termina sa phrase.


« Es-tu infecté…. par l’Umbra ? Je … ne te pauserai pas d’autre question, mais réponds-moi sincèrement à celle-là.»

Malheur! Il avait fini par comprendre! Mais...comment savait-il que l'Umbra était en mesure de contaminé directement les corps humains? Aucun texte, aucune archive de sa famille n'avait fait mention de ce cas de figure au part avant..Peut-être que le virus avait déjà progresser sur Racyne...peut-être même plus vite que sur le monde des rêves..La situation était encore plus grave que ne le pensait Hypnos. Mais la n'était la question.. Ses prières avaient volé en éclat à la simple évocation de cet homme.
Que pouvait-il faire maintenant? Son pouls s'affola et une larme de sueur roula sur son visage tandis qu'il tentait vainement de cacher cette tâche avec sa main. Réflexe puéril et inefficace...il fit également un pas en arrière, comme acculé face à une horde d'ennemis.
Il tenta de calmer sa respiration et de réfléchir à une solution. Il pouvait s'enfuir...mais comment? à pied? Il sentait tout au fond de lui que ce à un adversaire de cette envergure, aux pouvoirs obscures, il n'avait aucune chance de s'en tirer...Retourner dans le monde des rêves alors...Mais ça aussi, c'était à exclure. Il ne pouvait pas disparaitre sous les yeux de cette personne sans lui faire comprendre sa véritable identité. La fuite était donc exclue.
Le mensonge peut-être? Mais quel mensonge pouvait justifier cette tache informe? Une marque de naissance? Absurde! Un tatouage rituel? Il était trop perspicace pour se faire avoir par ce genre de mensonge ridicule...Et puis ni l'un, ni l'autre ne pouvait expliquer ses yeux...son regard rongé lui aussi par les stigmates d'Umbra. Ses prunelles avaient été les premières touchées par le virus...Cela avait été si soudain que lorsqu'ils prirent cette teinte sombre, il avait eu peur de son propre reflet dans le miroir.
Sa concentration était à son apogée...Rien ne lui venait à l'esprit...Puis une pensée, obsédante, irritante, fit son apparition dans ce chaos. Après tout...le problème disparaitrait si Shiki disparaissait...
Cette idée se fit plus importante, écrasant sur son poids maléfique les autres propositions inutiles. Le regard perdu dans le vague, Hypnos avait fini par ne plus penser qu'à cela. Guidé par une puissance écrasante, ses yeux se voilèrent par une brume noir, masquant totalement ses iris épargné jusque là. Une violence nouvelle se dégageait de lui.
Soudain, un sursaut d'âme. Ses yeux reprirent leurs teintes habituelles, mélange de couleurs éclatantes et des ténèbres insondables. Reprenant ses esprits, il écarta cette pensée ignoble qui ne pouvait pas venir de lui. Seules les stigmates avaient influencé son esprit fragile et il avait failli attaqué son sauveur! A ce moment précis, le gardien eut peur de lui..il tremblait. Peur...Peur de ce qu'il aurait pu faire par faiblesse...Peur de ce qui arrivera dans l'avenir lorsque sa maladie avancerait.
Aucune solution...Il ne restait que la vérité..ou le silence...mais cela revenait au même dans sa position si délicate. Prenant son courage à deux mains, il releva ses yeux vers son interlocuteur, qu'il ne pouvait que maudire en de pareille circonstance.



"C'est...compliqué...Mais..Tu as raison.avait-il commencé d'une voix tremblante.Qu'est ce que tu comptes faire maintenant? M'achever avant que...la folie ne fasse de moi un meurtrier?"finit-il par lâcher après une courte pause.

_________________
(\__/)   /l、
(='.'=) ゙(゚、 。 7
(")_(")  l、゙ ~ヽ
_____  じしf_, )ノ
Lapin Pouit Pouit et Miaou Miaou Kitty Max Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://tengoku-tai-jigoku.forums-actifs.com/
Shiki Elzevir
Admin


Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2010

Feuille de personnage
Nom: Shiki Elzevir
Royaume: Royaume d'Agathe
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Ven 29 Avr - 22:26

Panique. Oh, panique. Doux et tendre affolement dont les griffes incisives trituraient l’esprit de son interrogé ; voyageur à l’âme insaisissable et sibylline, porteur de secrets filandreux dont l’ombre tremblante se mouvait, diffuse et palpitante. Dans une contemplation interdite, presque délectable, le prince abandonnait son regard sur le spectacle torpide de sa défaillance, dans lequel la base simple du maintien s’était dissoute. L’étranger à la tunique anthracite se brisait lentement de ses défenses établies, dressant entre eux une mélodie scabreuse, rythmée par leurs souffles courts et les zéphires épineux. Sueur.

Tel un oiseau prisonnier dans les barreaux d’une cage incandescente, le cœur martelant, le pouls détraqué ; il tendit son aile de chair et d’os, réflex futile que l’appréhension avait sournoisement nourri. Ainsi, par ce mouvement frivole, inutile, il tenta de dérober au regard du jeune prince ce qui avait attisé les braises les plus brûlantes de sa curiosité, geste qui ne servit au final qu’à délivrer l’illusionniste de ses doutes. L’Umbra s’était nichée dans ce corps.

D’un pas hésitant, Hypnos s’écarta légèrement des yeux prédateurs du fouineur imprévu. Allait-il fuir… et s’adonner à une course éreintante par-delà la plaine ravinée ? Shiki mordilla sa lèvre d’une canine veule, pensif, plongé à son tour dans l’éventail de ses indomptables réflexions. Ce jeu malsain prenait une tournure quelque peu déplaisante, évolution mesquine qui ne se dirigerait probablement plus vers l’avantage qu’il avait précieusement calculé. Surtout… surtout si, au pire des cas, ce jeune homme parvenait à déguerpir et à se mettre hors d’atteinte. Noyé dans un mutisme persistant, le prince lorgna à nouveau le bâton… Si cet objet de nature occulte était sa propriété, l’étendue de ses pouvoirs était tout simplement insondable… indéfinissable. Non, définitivement, il ne pouvait se résoudre à laisser partir une telle personnalité, cela faisait trop longtemps qu’il se sentait seul, si seul. Ses yeux carmin roulèrent en douceur pour de nouveau s’aventurer sur cette fascinante rencontre ; peut-être qu’à ce moment-là, l’idée ferme de le rassurer lui avait percé l’esprit, seulement… cette résolution succomba.

Vide. Soudainement… si vide. Sous ses cils d’ébène, nul reflet pour y hanter l’absentéisme intégral de ses prunelles. Ses iris tantôt flottants, surnageant dans l’ivresse ténébreuse de son regard, s’étaient à présent éteints, telle une bougie dont la mèche tressée se serait misérablement consumée. Cette absence d'humanité immergea Shiki dans un doute effrayant, dont l'incertitude déjà palpitante, ne fit que s'accroître à la perception de cette aura de plus en plus instable ... violente. Oui, ce changement radical de posture mentale eut le privilège de déconcerter le blond ; allait-il ici et maintenant avaler son acte de naissance ? Devait-il s'apprêter à cet assaut dangereux dont l'épée invisible lui menaçait le creux du cou ? Cette notion résonna âprement dans ses fades pensées... serait-il dans ce cas, contraint à blesser le mystérieux voyageur qu'il avait tantôt sauvé d'un écartèlement certain ? Ses lèvres se pincèrent dans un dégoût préventif. Non vraiment, ça ne lui plaisait pas, car il savait... car il percevait, l'essence même de cette idée qui n'immergeait évidemment pas de son propre vouloir...

Puis, dans l'espace infime de quelques instants, l'aura patibulaire disparu. L'esprit de Shiki, jusque-là tendu et torturé se relâcha dans un léger soupir... Succédant à la retombée de cette atmosphère, les yeux d'Hypnos s'éveillèrent, et ses prunelles encore crayeuses reprirent progressivement leur vigoureuse étincelle. Tout s'était...si vite rétabli... Tellement vite... Comme si cette possession monstrueuse se mouvait agilement dans la conscience du jeune et sibyllin infecté.
Dans l'expectative, Shiki s'interrogea sur la suite des événements. Décidé à ne pas intervenir, le mage porta 2 doigts à ses lèvres, songeur, ses rubis toujours imbriqués sur le corps frémissant de son indéchiffrable vis-vis. Ces spasmes... étaient-ils ceux d'une insoutenable douleur ? Ou ceux d'une peur inévitable face à cette chose bien monstrueuse ?


"C'est...compliqué...Mais..Tu as raison. Qu'est ce que tu comptes faire maintenant? M'achever avant que...la folie ne fasse de moi un meurtrier?"

Sa dernière réplique eut le don de le faire sourire. Lui-même ne sut pas si cette expression spontanée ressurgissait de son soulagement par rapport à la scène subie plutôt ou s'il trouvait fatalement ironique de l'achever pour des crimes encore non-commis. Quoiqu'il en était à cet instant, comblé d'avoir eu raison, il recoiffa sa crinière échevelée, et tout en langueur, il tendit la main droite par dessus sa propre épaule. Sans un mot, il l'enfuit dans le creux de son dos que plusieurs lanières de cuir ceinturaient, alors que tout en esquissant ce geste, il se mit à restreindre encore et encore le peu de distance qui les séparait. Puis, jusqu'à ce qu'il atteignit une proximité presque insoutenable, étouffante, il saisit le manche d'un des kriss lacé au niveau de sa colonne vertébrale, avant de le sortir de son écrin et d'amener près de lui cette lame sinueuse dont son lustre n'avait d'égal que son tranchant.

Avec de la candeur jusqu'au plus laconique de ses mouvements, il apposa la plaque glacée de son arme sur la joue satinée de l'étranger. Et tandis que son sourire éperdu fendait toujours son visage insouciant, qu'il sentait le souffle tiède et vaporeux du vagabond s'entremêler au sien dans une touffeur raffinée, son autre main, frêle, gelée, frôla en prudence les doigts fins de sa nouvelle rencontre, posés sur le bâton.


- Hum... T'achever ? Le questionna-t-il d'un susurrement emmiellé.

Sans intention de le blesser aucune, il glissa dans une retenue calculée son arme serpentée sur la gorge palpitante de son prisonnier, avant de finalement le libérer de cette emprise, éloignant l'arme de sa chair exquise.

- Je serais indulgent, si tu restes quelques temps avec moi...


Son regard se fit soudainement plus rassurant, il rangea cette arme qui au final n'avait servi qu'à son délire personnel, avant de prendre encore la parole.

- Je t'aiderai... pour l'Umbra. Enfin, tu me raconteras... Prêt pour la ville d'Agathe ?


Dernière édition par Shiki Elzevir le Ven 20 Mai - 22:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hypnos



Messages : 189
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 22
Localisation : Tour du rêve éternel

Feuille de personnage
Nom: Hypnos Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin, 5ème du nom
Royaume:
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Sam 30 Avr - 23:11

Il commençait à comprendre..Comprendre ce qu'avait ressenti ses parents lorsque cette insidieuse maladie commençait à ronger leurs esprits préoccupés. C'était si effrayant, si sombre, tellement sombre qu'il avait failli y succomber, déjà. Et dire qu'il n'en était qu'au début...Comment sa mère avait-elle fait pour ne pas tenter de le massacrer avant? La violence lui avait semblé tellement séduisante en cet instant, et cette 'voix' immorale qui s'était imposé en lui, suave, tranquille, posée...calculée..Elle ressemblait tellement à la sienne qu'il aurait pu la prendre pour sa propre conscience, mais au vu des horreurs qu'elle susurrait, des scènes sanglantes qu'elle lui montrait, lui astreignait à son esprit, il l'avait fait taire avant de commettre l'irréparable. Alors que cette chose se devait d'être immatérielle, sans conscience, elle lui prédit son retour proche avec un ton pervers et assuré. Rien de très rassurant. Peur teintée de spasmes...Souhait déguisé en question.
Et si finalement, il n'avait souhaité que mourir à cet instant sous les coups de ce presque inconnu? Après tout, il n'était pas encore assez fou pour se suicider mais déjà assez atteins pour être persuadé d'avoir touché le fond..et de creuser encore. Il avait pourtant tant encore à accomplir..mais sans garantie de résultats, le doute ne cessait de l’assaillir de part en part. Douce et sulfureuse amie qu'est le doute. Compagnon des condamnés, ne cessant de se mettre entre un Homme et son objectif, son 'rêve' même si le terme 'cauchemar' était bien plus approprié à la situation. Si bien que le regard mi-suppliant, mi-effrayé, il ne réagit nullement face à ce jeune homme blond, si avenant, mi-ange, mi-démon, alors qu'il préparait son arme si spéciale, qui était auparavant caché avec ses sœurs dans son dos. Il ne réagit pas non plus lorsqu'il s'approcha, pas plus lorsqu'il sentit le contact froid et piquant du métal sur sa joue. Face au sourire candide de son ange de la mort, il n'opposa qu'un regard résigné, un regard de condamné..Toute vie l'avait-il déjà quitté?
Ses doigts fins frôlèrent une fois de plus les siens, seul ce bâton ancien l’intéressait, le gardien le savait mais il n'était pas encore question de lui céder, ça, il devrait lui prendre sur son cadavre.


"Hum... T'achever?" commença-t-il doucement.

Cette lame, ce Kriss, migra de sa joue à son cou avec une délicatesse calculé au millimètre près. D'un seul raidissement de muscle, il pouvait mettre fin à sa vie. Il avait assez de maitrise de son arme pour cela, il en avait le pouvoir. Face à cette lame dont il avait pu contempler le effets dévastateurs sur les bêtes qui désormais allaient nourrir de leurs cadavres la terre imbibée de leurs sangs, il ne put réprimer une envie...l'envie de vivre. Ses yeux morts avaient reprit cet éclat de détermination propre aux êtres vivants. Si sa vie devait s'éteindre ici et maintenant, qui empêcherait l'ignoble Umbra de répandre sa folie sur le monde dont il avait la garde? Il en allait de son honneur et de celui de sa famille! Beaucoup trop de gens dépendait de lui désormais pour qu'il se laisse aller au spleen. Rempli d'une rage nouvelle, il referma sur emprise sur son héritage familial. Si le sang devait couler, il ne serait pas seulement le sien, quitte à devoir user de sa magie onirique, il le ferait bien.

"Je serais indulgent, si tu restes quelques temps avec moi... "continua Shiki sur un ton bien plus rassurantJe t'aiderai... pour l'Umbra. Enfin, tu me raconteras... Prêt pour la ville d'Agathe ?termina-t-il, en rangeant son arme.

Déconcerté face à cette réponse qu'il n'attendait pas, Hypnos ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux. Ce jeune homme passait si vite du sadisme à la bonté, de la civilité à la bestialité, s'en était si étrange, si intriguant. Peut-être que lui aussi trouverait plaisant de l'observer plus longuement..La curiosité était-elle contagieuse?
Il avait finit par ranger son arme, sans que celle-ci ne lui occasionne de dégât. L'avait-il provoquer juste par amusement ou pour le faire réagir? Dans son for intérieur, le gardien le remercia profondément. Des larmes avaient commencé à lui monter aux yeux tant il se sentait soulagé. Il s'était trouvé, par hasard certes, un allié de poids pour sa quête. Même s'il ignorait si il pouvait lui faire confiance totalement, il ne serait plus seul à porter ce fardeau immense sur ses épaules. Pour la première fois depuis longtemps, il était heureux, soulagé d'un secret pesant. Il aurait voulu le prendre dans ses bras pour lui exprimer toute sa gratitude, mais la bienséance le retint dans son geste. Il se contenta de ces quelques mots.


"Aucun mot n'est assez fort pour t'exprimer ce que je pense...Je te raconterais ce que je sais, dans la mesure du possible..."


Il se devait de calmer son engouement soudain pour le jeune homme. Aucune information compromettante sur sa famille ne devait filtrer de ses lèvres. Même si ils étaient plus ou moins alliés, il devait encore et toujours faire attention à la perspicacité accrue de son interlocuteur. Il jouait avec le feu, mais quitte à se brûler, autant plonger directement dans le brasier.

__________________

La nuit pointait déjà le bout de son nez. La journée avait défilé avec une telle rapidité qu'il était maintenant le temps de dresser le camps pour la nuit. Aucun autre monstre ne les avait attaqué durant la journée. Sans doute attendaient-ils la nuit pour les surprendre durant leurs sommeils salvateurs. Ils avaient marché tout le long du jour, ne s'accordant que de rares pauses pour manger, se reposer ou remplir leurs gourdes. La fatigue raidissant leurs muscles, ils avaient finis par s'arrêter au pied d'un arbre longeant une des rivière sillonnant paresseusement la plaine interminable. Hypnos s'était proposé d'allumer le feu, pendant qu'il laisserait Shiki s'occuper d'autre chose. Par chance, il avait repéré un arbre mort non loin de là et s'empara de quelques unes de ces branches qui cédèrent facilement sous la pression. Après avoir constitué le foyer, il embrassa le combustible grâce à la magie de ses mains. Ceci fait, il déclara qu'il allait sécuriser l'endroit afin de ne pas devoir constituer des tours de garde pour la nuit. S'éloignant du campement avec son seul bâton, il traça à des distances égales des petites arcanes sur le sol. Reliée entre elles par magie, elles pourraient isoler cet espace du monde extérieur. C'était un pari risqué...La constitution de cette 'enceinte' invisible lui demandait de mêler une peu de magie onirique au sort de type bouclier de base. Mais il n'avait pas le choix. Son véritable but était de pouvoir retourner dans le monde des rêves ce soir, pendant le sommeil de Shiki. Il devait rentrer chez lui pour se rassurer sur l'état de son père ainsi que pour changer son T-shirt déchiqueter par la chimère.
Fier malgré tout de son travail, il revint vers le jeune homme et, prétextant une fatigue accrue, se coucha près du feu. Faisant semblant de dormir, il attendit que son nouvel allié sombre dans le sommeil avant de se redresser.


"Pas trop tôt..."murmura-t-il pour lui même

En fait, les membres du clan Ortwin possédaient une aptitude contre-nature: il avait bien moins besoin de sommeil que les gens du monde 'réel' et pouvait sans aucune difficulté veillé durant plusieurs jours. Maintenant que Shiki était endormis, Hypnos devait faire en sorte qu'il ne se réveille pas de suite. D'une part parce qu'il avait besoin de lui pour revenir dans la plaine, d'autre part parce que ce personnage trop clairvoyant ne devait pas constater son absence. Plaquant sa main droite sur son front, il y concentra sa magie. Les yeux clos, il usa de tout son talent pour apposer sa marque à l'endormi, le sceau du sommeil.
Représenté par une lune noir, tout être marqué de la sorte sombrait dans un sommeil abyssal, soumis à la seule volonté du gardien. C'était une solution extrême, mais la fin justifiait les moyens. Avant de partir, jugeant qu'il ne pouvait pas laisser le jeune homme dans le froid, il raviva le feu.


"Je crois que je peux y aller maintenant...à bientôt, Shiki.."souffla-t-il pour lui-même, bien conscients que l'endormis ne pouvait répondre à ses paroles.


Frappant le sol de son bâton, il ouvra un passage vers le monde des rêves. Tel un passage vers les ténèbres, il ressemblait à s'y méprendre à une immense volute de fumée noirâtre, jurant quelque peu avec le reste de la vallée tranquille. Dès qu'il y pénétra, elle disparu aussi soudainement qu'elle était apparue.
Carrefour du rêve...Un lieu enfin connu. Dans cette multitude d'étoile, véritable portes menant aux rêves de toute personnes assoupies, le gardien se dirigea d'un pas tranquille, sans hésitation, vers la plus proche d'entre elle. Lorsqu'il la saisit, le miroir sans teint, son espion du monde réel, se présenta face à lui pour qu'il puisse observer la personne à qui menait cette étoile. C'était un homme, une quarantaine d'année, les cheveux ébènes blanchit sur les tempes, une barbe poivre-sel, une marque noir lui rongeant la moitié du visage...Son père. Hypnos fit un pas vers le miroir, le carrefour des rêves s’évapora sans un bruit. Il se trouvait désormais à des lieues et des lieues de Shiki, dans sa propre maison et plus précisément, dans la chambre de ses parents.


"Je suis rentré,père..."fit-il tristement

Il s'approcha de l'homme endormi et ne pu que constater sombrement que sa maladie avait encore progressé depuis la dernière fois. Même sa mère lui avait lancé un sort le préservant des ravages du temps, les stigmates, elles, continuaient de progresser dans leur marche macabre. Il s'assit sur sa chaise habituelle, là où se mettait pour veiller son géniteur durant des heures et des heures...Il réitéra son rituel et le veilla jusqu'au petit matin, lui racontant ses dernières aventures dans le monde extérieur.
Constatant que le soleil commençait déjà à se lever, Hypnos se rendit dans sa chambre et troqua son T-shirt déchiré pour un autre, lui ressemblant comme deux gouttes d'eau. Quitte à se changer, autant reprendre les même vêtements pour éveiller le moins de soupons possibles. Ceci fait, il alla saluer son père avant de rouvrir le passage vers le carrefour des rêves.
Retour au point de départ, la multitude d'étoiles. Il songea au jeune endormis et l'une d'elle vint spontanément face à lui. Il la saisit, et son espion lui montra son allié, toujours à la même place...Heureusement, rien n'avait endommagé la barrière.
Alors qu'il allait franchir une nouvelle fois ce fil ténu qui le séparait du monde réel, il ne put s'empêcher de céder à sa curiosité...A quoi pouvait-il bien rêver? Peut-être que ce rêve allait le renseigner sur l'identité de ce jeune homme énigmatique. Tant pis, il fallait qu'il sache. Apposant l'étoile sur son front, une intense lumière éblouis l'endroit. Lorsqu'elle disparu, le gardien se retrouva au beau milieu du rêve de son nouvel amis. Pour le moment, il ne voyait encore personne, juste un couloir richement décoré, au plafond vertigineux, et aux nombreuses tapisseries recouvrant les murs de pierres. S'il s'agissait de sa maison, c'est qu'il habitait dans un château! Soudain, Hypnos entendit des pas retentir derrière lui. S'il rencontrait Shiki en rêve, surement que celui-ci n'aurait plus aucun mal à le démasquer! Heureusement pour lui, dans ce monde immatériel, il pouvait être ce que bon lui semblait et songea à un camouflage efficace. Ses bras devinrent ailes, ses jambes pattes, un sombre plumage le recouvra tandis qu'il rétrécissait à grande vitesse. L'humain était devenu corbeau dont les seules choses différent avec les oiseaux réels, c'est une ligne anthracite-représentant ses vêtements-partant de son front pour terminer au bout de sa queue nouvelle et ce joyau rouge-représentant son bâton-fiché entre ses deux yeux. Il prit son envol, pour observer la scène du dessus. Une femme incroyablement belle fit irruption dans le couloir. Son visage était cependant continuellement dans les ténèbres. Il avait déjà vu cette silhouette...dans d'autre rêves. Mais alors qu'il touchait à la solution, Shiki déboula à son tour dans le couloir, enfin, son double plutôt. Hurlant un 'maman!', il tenta de la rattraper mais une foule de personne, surgissant de nulle part, lui barrèrent la route. Ainsi, il cherchait le contact de sa mère...Cette femme devait avoir d'importante fonction pour ne pas daigner lui accorder un regard...A moins que ce ne soit son caractère...Soudain, l'illumination! le gardien sortit du rêve et reprit forme humaine, il connaissait l'identité de cette femme et donc par déduction celle de son allié...La famille Elzevir...la famille régnante sur le royaume d'Agathe depuis des siècle et des siècles...comment avait-il pu oublier ça! Shiki était le prince de ce royaume! Pourtant, aucun écho d'un quelconque fils n'était parvenu aux oreilles de sa famille...Étrange... De retour au carrefour des rêves, il du remettre ses interrogations à plus tard, le soleil était déjà trop haut dans le ciel. Rouvrant le passage une nouvelle fois, il réapparut au coté du jeune endormis. Rien n'avait changé depuis qu'il était partis, tant mieux...Se penchant sur son compagnon de voyage, il appliqua sa paume sur son front, pour effacer sa marque...Dire qu'il avait en face de lui un prince héritier aux terrifiant pouvoirs...Hypnos se releva avec hâte, son sort dissipé, Shiki n'allait pas tarder à se réveiller. Il reprit sa position de faux-endormis, comme s'il n'avait pas bougé de la nuit. Peut-être aurait-il le courage plus tard d'avouer de lui avouer ce qu'il savait...

_________________
(\__/)   /l、
(='.'=) ゙(゚、 。 7
(")_(")  l、゙ ~ヽ
_____  じしf_, )ノ
Lapin Pouit Pouit et Miaou Miaou Kitty Max Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://tengoku-tai-jigoku.forums-actifs.com/
Shiki Elzevir
Admin


Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2010

Feuille de personnage
Nom: Shiki Elzevir
Royaume: Royaume d'Agathe
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Dim 8 Mai - 20:34

Lorsqu'il avait entrepris les débuts de son ixième traversée, repérant sur les cartes certains lieux non-visités depuis les précédentes années ; qu'il s'était armé de plusieurs Kriss dont le rituel insoutenable de la forge lui avaient débilité son esprit imprévisible jusqu'aux limbes de la fatigue... et qu'enfin, pareilles aux précédentes escapades, il s'en allait, le corps occulté sous une immense pèlerine de soie ... c'était en vain qu'il s'était imaginé convoiter une telle rencontre. Car rien, rien dans ce rituel dont la réitération ne se comptait plus, ne lui avait laissé entrevoir semblable ravissement pour le retour, lui, à qui l'exquise solitude s'était offerte en toute sensualité.

Depuis toujours, Shiki était seul.

Mais cette situation était voulue. D’une personnalité rétive, assez décousue, ce n'était pourtant pas quelconque asociabilité qui l’avait enlisé sous les voiles cuisants de l’isolement, puisque malgré tout, son peuple l’adorait. Non, la réalité était tout autre … Shiki était simplement difficile, jeune homme au comportement brouillé dont les moindres caprices refoulés irradiaient, influençaient, dictaient les pulsions de ses faits et gestes les plus imprévisibles. Son esprit, où presque l’absolu s’asservissait aux prémices de son instinctivité, s’acharnait – inconsciemment – à dénicher quelqu'un dont l'âme se proposerait à lui comme une mécanique nouvelle aux engrenages inconnus, digne d'y vouer un intérêt constant dont la surprise serait un lacis sans issue.

Ainsi, Solitude, avait toujours été un partenaire fidèle, calme, diplomate, presque magnanime, indulgent et généreux de par la liberté qu’il lui apportait… Et c’est ce compagnon morne et aphone qui lui permit d’errer sans soucis pour s’abandonner en totale plénitude dans toutes ses quêtes fascinantes… ou parfois, requêtes cruelles. Seulement, depuis quelques mois, peut-être même… une ou deux années … Solitude avait rencontré un charmant promeneur, Ennui. Un blafard d’âme fade et melliflu, au nom sirupeux qui n’inspirait rien d’autre qu’un charme mièvre et languissant. Dans un silence inavoué, Shiki le maudissait.

Ses cils ténébreux cillèrent légèrement ; dans quelques gestes lestes et précis, il resserra deux ceintures qui corsetaient son torse vêtu d’un satin marron, avant de se consacrer entièrement sur le l’énigmatique vagabond et son fascinant bâton. Face à son visage dont l’émoi semblait avoir trépidé le maintien de l’âme, Shiki ne put retenir un sourire. Ses prunelles étaient humides, voilées sous quelques fines perles opalines qui semblaient émerger de loin, d’un lieu que Shiki venait de mystérieusement réveiller… Qu’avait-il provoqué en lui ? Une peur insurmontable… un soulagement… ? Comme il aimerait tout savoir, son appétit insatiable le malmenait, lui griffait ses moindres pensées, mais le prince savait, qu’il se devait d’être patient… encore un peu.


"Aucun mot n'est assez fort pour t'exprimer ce que je pense...Je te raconterais ce que je sais, dans la mesure du possible..."

Ces paroles le ravirent, exaltèrent un bonheur refoulé, étendirent davantage ses lèvres enjôleuses que le sourire ne quittait plus. « Aucun mot n'est assez fort pour t'exprimer ce que je pense. » A vrai dire, pas un seul instant, il n’avait imaginé telle réponse… voire même une telle attitude de ce promeneur perdu. C’en était, une agréable surprise… ca lui ferait de la compagnie.

« Bien… ne tardons plus, nous avons du chemin ! »

----

La journée se mourait doucement, tel un feu iridescent dont le froid cruel en lénifiait les flammes. Sous les appels époumonés, de quelques oiseaux… ô chant désespéré, le soleil s’éteignait dans un arc-en-ciel de vapeur incandescente, et bientôt, l’eau qui berçait le silence se vêtait des draps carmins du crépuscule. Sous leurs pas éreintés, l’herbe pétillait, maquillée d’une poudre dorée, éphémère et intouchable, tandis que les zéphires s’endormaient… s’éveillaient, hésitants… cruellement rafraîchissants.

C’est dans cet endroit, que sous le chavirement du ciel, ils établirent leur camp. Ravi d’avoir achevé la journée sans trop de péripéties superflues (les chimères, c’est bien… mais avec modération), il ôta quelques sacs qui lui déformaient taille et épaules avant de les poser contre le tronc égrotant de son nouvel arbre. A peine eut-il respiré que son nouveau compagnon se chargeait déjà du feu. Une fois les étapes planifiées, sans repos, celui-ci s’éloigna pour rejoindre un cadavre végétal croupissant quelques mètres plus loin. Dans un regard prudent, Shiki fureta les alentours dont les ombres inatteignables ensevelissaient goulûment leur campement, déjà prédatrices, elles lui rappelaient à quel point les nuits étaient affamées.

Par simple précaution, les mains jointes, le jeune prince élucubra, énonçant myriades de théories indescriptibles dans de longs murmures essoufflés. Rythmée sous sa cascade de mots inaudibles, une fumée velouteuse s’enfuit de ses doigts déliés et sa vapeur éthérée s’étira gracieusement vers les ténèbres du crépuscule. Lorsque la hauteur suffisante fut atteinte, Shiki démantela son texte, scella ses lèvres nacrées ; Hypnos venait de revenir, et à présent, quelques centaines d’oiseaux voraces s’éparpillaient sur les environs. C’était une protection bien maigre, le mage temps le savait mieux que quiconque, mais ces oiseaux seraient surtout utiles pour leur détection du danger. Un seul intrus dans les environs, et ils viendraient jacasser aux oreilles de leurs corps fatigués.

Attentif aux faits et gestes d’Hypnos, Shiki s’adossa paresseusement contre l’écorce tailladée du végétal centenaire. A le voir s’appliquer, il était facile de croire qu’il ait fait ça toute son existence. Ainsi, lorsqu’il apposa ses doigts hibernés par la magie, ce fut un doux frétillement d‘étincelles, et le ronronnement d’un feu vigoureux. Le mage rejeta quelques mèches en arrière, avant de reposer sa main contre la peau fripée du colosse immobile. Les jambes précieusement croisées, il hocha la tête lorsque le spécialiste du campement lui déclara qu'il allait établir une protection aux alentours. Son offre lui arracha un frémissement amusé, faire le tour de garde ne l'aurait pas spécialement dérangé. Dormir dans la vallée persistante... ou tout simplement, à la belle étoile, était un luxe qu'il ne s'offrait plus. En y repensant, ça faisait quelques jours qu'il marchait, et qu'il se permettait tout au plus 10 à 15 minutes de sommeil lorsque la nuit pointait. La fatigue mordait considérablement ses nerfs harassés, mais clore les paupières sur la nuit, perdre vigilance plus de quelques minutes, lui causait une anxiété insurmontable qu'aucun bouclier ne permettait de rassurer. Même chez lui, la perspective du meurtre ne le faisait dormir que d'un seul œil, toujours prêt à démantibuler temps et espace s'il était nécessaire. Il soupira, il sentait ses jambes vaciller, les imaginait creuses, vidées de ce réseau complexe, amalgame de muscles excédés et de sang chaud. Finalement, il s'assit entre les immenses racines qui plongeaient tels des serpents majestueux, l'esprit absorbé, complètement hypnotisé par l'occupation de son nouvel ami. Ce bâton, était donc bien à lui… En cet instant, Shiki se maudissait que le poison de l'épuisement l'ai engourdi tout entier, comme ça lui aurait plus d'observer toute cette fascinante démarche de plus près.

Finalement, son compagnon revient au cœur de leur espace sobrement aménagé. Apparemment, semblait-il aussi fatigué que lui… Après un échange laconique, il s'allongea près du bois frétillant, et s'endormit. Shiki quant à lui, s'adonna à la contemplation de ses semelles usées par la marche, …, avant que le bout de ses pieds ne commence à lui paraître inatteignable, spectrale…

Nécessitant le peu de force qui l'envahissait encore, il quitta mollement la compagnie de ces racines serpentines et se redressa, corps enivré de maladresse, sur ses jambes dont la soudaine incertitude l'effrayait. Malgré lui, malgré quelques vains combats de l'esprit, il percevait le poids insoutenable de la fatigue galvaniser ses nerfs endoloris… du plomb bouillant s'y déversait placidement, nickelant ses tendons dans des vagues de spasmes affamés. Il mit fin à son avancée malhabile, tandis qu'il s'affaissa tout en douceur sur l'herbe poudreuse.

La joue collée contre son avant-bras, le long du corps enfoui dans la flore, le regard éprouvé sur le dos de son compagnon ; il se programmait comme souvent il le faisait. 10 minutes. Dans 600 secondes il se réveillerait, ça ne pouvait être autrement. L’appréhension elle-même ne tarderait pas à l’arracher de son sommeil si jamais son réveil intrinsèque venait à faillir, il en était sûr, depuis le temps qu’il expérimentait ses éveils… Ainsi, il clôt finalement les paupières, avant de tâter en prudence lentes émergences de ses rêves, ces extravagances de l’esprit.

Bruits…

…presque imperceptibles.

Ses pensées affleurèrent, vaines, tel un brouillard d’aurore vêtant les eaux frémissantes. Était-ce… le vent ? Un animal… le bruissement d’une de ses illusions ? Mais son inquiétude perdurait lancinante, l’esprit éteint, enfoui, engourdi par les baumes d’un demi-sommeil se jouant de lui. Et puis, il y eu cette chaleur étrangères sous ses mèches de platine… présence clandestine, anormale, dangereuse. Ses cils bruire dans quelques frissonnements vils, dépourvus du moindre contrôle. Il n’y arrivait pas… il ne s’éveillait pas… Ses doigts jonchaient la verdure nocturne d’une paume morne, délaissée, dont la vigueur dissipée ne revenait plus. Ses paupières tremblantes, humides de fatigue, s’entrouvrirent légèrement… mais ce monde emmêlé, brumeux, ne lui dévoilaient qu’une ombre comme lointaine et sibylline… avant d’offrir à ses prunelles vitreuses, le plus profond des gouffres.

Il l’attendait.

Il ne savait plus pourquoi, mais il l’attendait. D’une main vague, il rangea dans la bibliothèque un florilège poussiéreux, s’empressa de s’évader de la salle et sans attendre, ses pas le guidèrent dans les couloirs de l’atrium. Ses émotions étaient confuses, indémêlables, vacillantes entre la tristesse irrépressible et l’envie illusoire. Elle l’ignora. Passa devant lui comme s’il n’avait jamais été qu’une marionnette décorative, ne lui daigna ni regard, ni plus futile attention. Juste une ignorance si spontanée qu’elle en était amère et effrayante. Figé, ce n’est que quelques secondes plus tard qu’il tenta de la rattraper… s’il pouvait juste lui adresser… quelques mots… Il s’encourut, traversa ce couloir arpenté des myriades de fois, avant de ralentir le pas, d’interpeler vainement une personne qui ne l’entendrait pas… Frustré, il laissa mollement une foule d’asservis lui barrer la route. Les secondes s’enchaînèrent, Silence vint rythmer les souffles, brisé à son tour par les froissements d’ailes d’un corbeau des plus rares. Au début égaré, Shiki tressaillait à présent d’une excitation refoulée…. Dire qu’il serait si aisé d’absoudre ce problème, ne suffirait-il pas juste… d’éclater les pauvres âmes qui les liaient encore à la vie. Ses doigts glissèrent le long de son dos, caressèrent avec délectation le manche coulé dans la quintessence de l’or, cependant, telle la cire suintant sous le soleil ; le Kriss s’amollit, et fondit dans le creux de sa main…

Lumière.
Ses yeux s’écarquillèrent sous l’auréole fumante du soleil ; ses prunelles fixes, humides, contrastaient avec ses lèvres tremblantes d’incompréhension.

Il gémit. Sa poitrine lui paraissait pesante, lui écrasait ses poumons dont la respiration pantelante excoriait douloureusement sa trachée. Il n’osait pas se l’avouer : il ne s’était pas réveillé. Un effroi incontrôlable labourait ses entrailles, les resserraient, les trituraient comme une main plongée en leur creux l’aurait fait. Shiki passa une main sur son front en soudaine sueur et tenta de dresser ce stress démesuré qui l’engouffrait peu à peu. Rien… tout avait l’air d’aller bien… le lieu s’était passé d’un veilleur supplémentaire. Otant la main moite de son front fiévreux, il resta un long moment à l’analyser, les yeux emplis de lividité. Elle était… dégoulinante, liquoreuse… complètement enduite de lymphe… colorée de sang.


Son corps ne put retenir le spasme d’un sursaut, sous la panique, l’étonnement, il se releva presqu’immédiatement, le visage hyalin et indécollable de la boucherie sur ses mains.

Le sang traçait de multiples sillons sur la chair blême de ses bras, défaillantes sous la brise, les perles s’enfuyaient de sa paume gorgée de cruor, gouttant sur l’herbe, imprégnant ses vêtements. Il sentait sa gorge craqueler en toute atrocité sous la peur de l’aveu, tandis que lentement, ses yeux glissaient vers le jeune homme.

Il en était maculé…


Shiki ravala sa salive en maladresse… Qu’ai-je fait… Mais QU’AI-JE FAIT !? A genoux, il tâta le sol et y trouva l’arme du pécher. Vidée d’énergie, le Kriss n’était plus qu’un couteau creux sans identité. Shiki se sentait défaillir, s’approchait sur ses genoux tremblants du corps souillé qui ne semblait pu respirer.
Sa main droite se pressa contre les vêtements empoissés ; il percevait les blessures trépider sous ses ongles, rependre un peu plus de sang, tâchant le sol qui n’était plus qu’un tapis de vermeil humecté entre sang et rosée. Non… Non… Il prit le jeune homme par l’épaule et le retourna dans une crainte transpirante de culpabilité. Shiki respirait sans vraiment y arriver, s’étouffant dans ses propres inspirations ; les marques pourpres crayonnaient son torse, noyant le prince dans un flot bouillant d’incompétence.

« Non… NON … HYPNOS… »

Il osa finalement lui saisir la main, enivré par le regret, la folie, peut-être sentirait-il encore son pouls vibrer sous quelques palpitations vétéranes. Mais ses espérances ne se révélèrent point… Contre toute attente, sa main se délava, redevint exsangue d’inquiétude, la constatation évida son esprit dans un grand vide de soulagement ; tout n’était qu’illusion. Juste illusion… A ces pensées, il délivra la main du pseudo-blessé avant de mollement poser son front contre les vêtements secs, indemnes, de la poitrine pulsante du vagabond.

Il reprit son contrôle perdu. Laissa la lucidité revenir pour maîtriser cet affolement éphémère qui s’était joué de lui ; ne comprenant même plus comment ce piège avait pu le cloîtrer dans cette situation improbable. Il serait tant qu’il apprenne à se maîtriser, à s’avouer que les barrières de protections étaient suffisantes contre tout être affamé et que lui-même, n’agresserait personne de réel malgré une synchronisation avec ses rêves les plus fous. Il était habitué au meurtre, mais labourer un corps lui était totalement interdit, et ça, même son subconscient le savait. Après une longue pose silencieuse sur le corps du voyageur, il se décida enfin à se relever, l’esquisse d’un sourire confus sur le bord des lèvres.


« Excuse-moi… Est-ce que ça va ? »

Ce n’est qu’en cet instant qu’il prit conscience, qu’Hypnos aussi, y avait assisté. Mais Shiki n’insista pas, avec un peu de chance, l’énigmatique voyageur ne soulignerait ni l’étrangeté de son comportement, ni ce sang dégoulinant qui s’était enfoui aussi vite qu’il était apparu. Sans un mot, le blond se releva doucement avant de réveiller ses jambes en tournant dans les envions des branches cendrées… Il aurait dû se réveiller… C’était la première fois qu’il s’était adonné à un tel sommeil en plein milieu de la vallée, la première fois que ni son réveil interne, ni son appréhension ne l’avait extrait des songes. Un échec qui lui avait valu un éveil pitoyable et cauchemardesque. En cet instant, probablement qu’Hypnos l’étiquetait comme un fou, et il serait très difficile de ne pas approuver. S’égarer dans ses propres illusions, dans ses propres créations… Shiki passa sur ses yeux une main dépitée… C’était… lamentable.

Shiki finit par adopter la ferme intention d'arrêter de méditer. En quelques peignées rapides il réarrangea ses mèches échelées, partit à la rencontre de l'arbre pour dresser ses sacs sur la taille et la courbure de l'épaule, resserra les ceintures pour garantir leur stabilité, avant de s'avancer vers Hypnos, tout sourire et délassé.

"Plus qu'une demi-journée, et nous serons arrivés" Il marqua un temps de pause pour réfléchir.

"Hm… Ca ne me regarde pas spécialement, mais que comptes-tu faire… au Royaume d'Agathe ?"



Revenir en haut Aller en bas
Hypnos



Messages : 189
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 22
Localisation : Tour du rêve éternel

Feuille de personnage
Nom: Hypnos Noah Alexander Kendhil Ash Ortwin, 5ème du nom
Royaume:
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Mer 18 Mai - 20:09

Un moment, il avait clos les yeux juste quelques instants, en attendant que l'endormis n'émerge de son rêve forcé. Ce n'est pas qu'il avait besoin d'un quelconque repos mais il devait...réfléchir, ordonner ses pensées pour ne rien laisser filtrer. Il n'osait pas se l'avouer mais le fait de voir son père dans cet état l'avoir profondément choqué. Rien, absolument rien ne ralentissait cette chose abjecte et sans aucune information sur cette maladie insidieuse, il ne pouvait que constater l'étendue des dégâts sur son géniteur. Au moins, il savait à quoi se préparer pour la suite. Mais une question lancinante lui triturait les méninges. Qu'arriverai-t-il lorsque ces marques fuligineuses auront dévoré les quelques lambeaux de peaux immaculée de son père? Peut-être allait-il se réveiller...et que rongé par cette folie perfide il allait l'attaquer de nouveau..Le douloureux souvenir de ce coup de poing refit surface. Que pourrait-il faire si cette dernière étape était franchie? Devrait-il..abattre son propre père, son maitre et seul ami?
Hypnos n'aimait pas être confronté à ce genre d'incertitude. Il n'aimait pas n'avoir aucun contrôle sur son futur ou plutôt, il n'avait jamais été confronté à l'imprévisibilité.
Né dans une famille secrète, caché à la face du monde, son destin avait déjà été tracé par ses prédécesseurs avant même qu'il ne vienne au monde. Il était né pour être un gardien et mourait gardien, comme son père avant lui, comme le père de son père. Jamais il n'avait quitter sa tour de Babel, prisonnier d'une fatalité dont il n'avait pas encore vraiment prit conscience. Observant le monde extérieur changer, se transformer au fil des saisons alors que son environnement restait d'une stérilité navrante, il n'avait jamais exprimer clairement sa faim de liberté et quand bien même, il l'aurait révélé, cela n'aurait pas vraiment changé les choses. Il était l'unique héritier, le seul. Tout juste bon à vivre une vie sans surprise, sans fioriture. Un rêve éveillé prenant des teintes de cage dorée.
Quelque part, cette ignominie qu'est l'Umbra lui avait permit de crocheter la serrure et de déployer ses ailes trop longtemps entravées pour effectuer son premier vol..Mais a quel prix? Il avait échangé sa cage contre une famille brisée, un avenir incertain auquel il n'avait pas été préparé et une espérance de vie des plus réduite.
Il n'avait pas eu le choix et devait maintenant se battre pour récupérer ce qu'il avait toujours voulu quitter secrètement.
Dans son malheur, la providence avait qu'en même eu le temps de se pencher sur lui. Après tout, il avait rencontré Shiki.
Hypnos ne savait pas trop comment se comporter avec lui, vu qu'il avait presque jamais eu de contact avec l'extérieur avant cette funeste aventure. Il ne savait même pas si il pouvait le considérer comme un ami ou même comme un allié. Mais, au vue de ses...fonctions particulières au sein de ce royaume, peut-être pourrait-il lui ouvrir des portes qui lui seraient restées closes. Un prince, rien que ça..Comment une personne aussi importante que lui pouvait-il passer son temps à vagabonder comme un voyageur sans le sou? Comment pouvait-il avoir l'idée d'aider un inconnu aussi étrange que lui?
Normalement, les personnes comme lui devaient rester à la cour et apprendre à devenir roi. Alors, pourquoi était-il ici? Le gardien sourit intérieurement. La réponse, il la connaissait.
Monarque ou gardien, le combat était le même..Le même destin tracé, le même manque d'incertitude, le même ennuis. Qui était le plus à plaindre, au final?
Bruissements légers, respiration désordonnée, sa majesté était enfin réveillée et apparemment son petit rêve avait dû se transformer en cauchemar après le départ du gardien. Ce dernier, décidant de ne pas intervenir, ignorait si cela était du à son sort ou si Shiki était tout simple un être un peu torturé. Un peu des deux sans doute... Tout ce qui touche au domaine des rêves est tellement complexe qu'un minuscule détail peut changer toute la donne.
Le prince finit par se lever, d'un bond, sans doute n'était-il pas habitué à cauchemarder..Encore une des conséquence de l'Umbra sur les divines créations de "L'Être".
Alors qu'Hypnos allait passer à la phase du 'réveil', qu'il allait ouvrir ses yeux sur ce monde loin de ses méditations, un hurlement le fit tressaillir.
Ce fut si..soudain..qu'il ne reconnu pas de suite la voix de son nouvel allié. Que se passait-il? Rien ne pouvait traverser la barrière qu'il avait ériger sans qu'il ne soit au courant...Alors quoi?
Le gardien, le cœur battant à tout rompre, entrouvrit les paupières avant de les écarquiller complètement, se découvrant, baigner dans une épaisse mare vermillon..Une mare de sang.
Presque au même instant, ses muscles se tétanisèrent. Était-il entrain de rêver? Était-il plongé dans un de ces perfides cauchemar qui torturait l'esprit de plus d'un? Il était pourtant impossible pour les personnes de son clan de sombrer dans pareille futilité..Non, impossible. S’adonner au rêve lui était exclu. Mais, s'il était dans le monde réel, d'où provenait tout ce sang? Deux réponses s'offraient à son cerveau..Ce liquide de vie devait émaner soit de Shiki, soit de lui même...
Il tata d'une main hésitante son propre torse et révéla ainsi à son regard une paume salie, barbouillée grossièrement de rouge. Et, comme si son corps venait de se rendre compte de ses propres traumatisme, la douleur s'imposa d'elle-même.
Toujours paralysé par ce fantôme qui lui glaçait l'échine, le gardien voulut hurler au monde ce qu'il ressentait mais ses lèvres restèrent closes. Ce n'était pas la seule chose qui échappait à son contrôle. Il se retrouvait incapable de faire le moindre mouvement, terrassé par des forces inconnues qui le comprimaient sur le sol. Les bruits se faisaient moins précis, pour finir par rassembler à un long bourdonnement monotone. La périphérie de son regard se teintait de noir alors que le centre, lui, s'évaporait en une multitude de petites étoiles insaisissables. Coupé du monde extérieur, il ne ressentait rien...plus rien à par cette douleur immonde, lancinante qu'il ne pouvait même pas exprimer. Il était mort...Du moins, c'est ce qu'il ressentait, ce qu'il avait l'impression de ressentir...La mort. Il entendait encore son cœur battre..Sa poitrine se soulevait encore imperceptiblement..Mais son esprit était persuadé du contraire. Mort...Juste une âme s'accrochant à un cadavre...Voila vers quoi ses pensées se tournaient. Il crut sentir une pression sur son dos, puis une seconde sur son épaule...On le mis sur le dos, il crut reconnaitre le visage de Shiki dans ce chaos d'ombre et de lumière que captait sa rétine...Mais n'avait qu'un regard vitreux à lui donner. Que faisait-il? Son allié avait ouvert la bouche mais aucun son de parvint à ses tympans..Que lui disait-il? Des paroles d'encouragements? des regrets? ou laissait-il éclater sa tristesse à la plaine? Rien de tout cela, peut-être...Rien qui ne devait concerner un mort en tout cas.
Chaleur d'une main, réconfort soudain. Tandis qu'il s'abandonnait aux méandres incertains du néant, pour un ultime sommeil, un feu vint lui saisir sa paume morne et carminée. Soudain, un changement. L'air se fit moins lourd, comme déchargé de cette odeur nauséabonde de terre souillée, la douleur se fit de moins en moins violente, les petites étoiles insaisissable se regroupèrent, laissant derrière elles ce chaos insoupçonné pour former la sortie du tunnel.
Hypnos ne voulait pas laisser passer cette dernière chance. Il la voulait...Il voulait saisir de sa main libre cette lueur qui irradiait du visage de cet ange blond. La projection de son esprit rejoignit la réalité. Ses muscles reprenant leurs tonicités, il s’exécuta maladroitement, cherchant la lumière à tâtons. Simultanément, la plèvre libérée de ce poids fit des efforts surhumains pour remplir les poumons d'air. Il se cambra, toussant, comme s'il venait de rejeter la mort pour recevoir, tel un électrochoc, le souffle de la vie.

Vivant.

Il était en vie. C'était une évidence qu'il avait fini par oublier dans ce tumulte venu de nul part. C'était juste..un rêve factice, un illusion..qui avait disparu laissant à peine une sensation. Il ramena son bras, toujours tendu vers l'éther, sur son visage. Il cachait ses larmes discrètes qui mouillaient son visage, à la fois heureux d'être en vie et écœuré par ce qui venait de se produire. Ce ne fut que lorsqu'il se calma qu'il remarqua Shiki, tout aussi bouleversé. Il ne chercha pas à lutter face à cette présence envahissante, la trouvant même plus que rassurante. Il avait besoin de contact pour se remettre de ses émotions trop violentes pour lui. Le jeune blond restait immobile la tête posée sur la poitrine autrefois lacérée. C'était lui, cet ange luminescent qui l'avait guidé vers le dehors grâce à sa chaleur. Il en était persuadé. Et même si le prince avait lâché sa main depuis un moment, il sentait encore le contact de ses doigts sur sa peau. Désormais en colère contre lui même, le gardien ne pouvait s'empêcher de penser à sa mère..à son impuissance face à son geste. Ainsi, voila ce que l'on ressentait lorsqu'une arme blanche nous transperce de par en par. Quelle impression abjecte que celle-ci. La froideur du métal, le sang qui emportait avec lui chaleur et vitalité et dire qu'il n'avait pas pu empêcher sa propre mère de s'infliger telle pénitence.
Son allié finit par quitter sa frêle poitrine, confus et s'excusant vaguement. Hypnos acquiesça, sans trop le regarder, comme réponse à sa question. Encore plongé dans ses pensées, il se demandait désormais pourquoi le jeune homme s'était excusé alors qu'il avait eu la réaction d'une personne normale. Il est vrai qu'il ne se connaissait pas depuis longtemps. Peut-être s'excusait-il pour avoir été un peu trop 'collant', ou alors, il s'excusait pour quelque chose qu'il avait commis. Puisque rien ni personne n'avait pénétré l'enceinte fermée, la cause de cette hallucination collective venait soit du gardien, soit du prince. Peut-être que l'Umbra avait des propriétés encore inconnue, et si c'était le cas, elles n'en étaient pas moins terrifiante, ou alors, il s'agissait d'une des facultés étranges de Shiki. Comme il avait fait disparaitre ces chimères d'un coup de lame, avant de mieux les faire réapparaitre, il avait peut-être aussi provoqué ce mirage. Mais dans ce cas, il n'aurait pas du être aussi secoué. La réponse était probablement ailleurs. Il remit ses interrogation à plus tard, une fois encore. Se redressant en position assise, il observait un point dans le vague. Cette aventure lui avait coupé l'appétit et au moins pour plusieurs jours. Son allié le coupa net dans sa rêverie, revenant vers lui, prêt à partir.


"Plus qu'une demi-journée, et nous serons arrivés"


Ça, c'était le signal comme quoi il devait lui aussi se préparer à partir. Dubitatif face à l'étrange bonne humeur de Shiki, il ne voulu pas s'étendre sur ce qui s'était passé. Il devait encore digérer, analyser les évènements avant de soumettre son allié à la question. Même si le jeune homme continuait d'éluder ses interrogations, les noyant sous une gaité feinte, il n'était pas prêt à oublier cette sensation...La mort...Il avait au moins une nouvelle chose à raconter à son père pour sa prochaine visite...Le gardien finit par se lever, ébouriffant ses cheveux, avant d'ajuster son sac à son dos et de ramasser son arme fétiche. Alors qu'il se préparait à partir, le blond posa enfin la question qui devait lui trotter dans la tête depuis un moment.

"Hm… Ça ne me regarde pas spécialement, mais que comptes-tu faire… au Royaume d'Agathe ?"


Il était bien naturel pour un futur monarque de vérifier ce qu'un vagabond comme lui pouvait bien fabriquer dans cette ville immense mais pour une fois, Hypnos aurait aimé ne pas devoir répondre. Son but engageait beaucoup sa famille et il ne se devait pas de laisser filtrer quoique ce soit. D'un autre côté, le rang de son nouvel allié allait peut-être lui ouvrit quelques portes, s'il acceptait encore de l'aider, du moins.

"Je..J'essaie de récolter un maximum d'information sur l'Umbra.. C'est pour ça que je me rend dans les archives nationale de chaque pays. Même si je t'avoue que je ne connais même pas leur emplacement."

Espérant que cette réponse facile le contenterait, il coupa court à la discutions en se dirigeant vers le mur qu'il avait ériger la veille. Il ne devait laisser aucune trace de sa magie onirique dans les lieux qu'il visitait. Consciencieusement, il effaça la première arcane, brisant de ce fait l'enceinte et évaporant en même temps les autres symboles gravé dans la terre. "une bonne chose de faite", pensa-t-il alors qu'il retournait vers son guide pour une nouvelle journée harassante. Ce soir, il devrait refaire le plein d'énergie...Toujours de façon magique...toujours de façon contre nature. Le sommeil ne devait pas gagner celui qui veillait sur celui des autres..

"En route! Il est plus que temps..."s'exclama-t-il feignant à son tour la bonne humeur.

_________________
(\__/)   /l、
(='.'=) ゙(゚、 。 7
(")_(")  l、゙ ~ヽ
_____  じしf_, )ノ
Lapin Pouit Pouit et Miaou Miaou Kitty Max Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://tengoku-tai-jigoku.forums-actifs.com/
Shiki Elzevir
Admin


Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2010

Feuille de personnage
Nom: Shiki Elzevir
Royaume: Royaume d'Agathe
Relations:

MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Ven 10 Juin - 23:23

L’altesse l’interrogeait de ses prunelles prédatrices, pupilles ciselées dans la phanie la plus exquise de deux avides rubis. Silencieux, flanochant près du questionné, il palpait le calme dans une retenue des plus refoulées ; et tandis qu’il flânait de quelques pas, la légère roseur de ses joues s’étiolait enfin ; les dernières lucidités oubliées s’éveillaient. Tantôt trémulant, ses pores noyés sous la chaleur s’endormaient enfin, éteignant avec eux toute la tiédeur qui n’avait cessé de macérer sa peau sous l’émoi des événements, sous l’égarement encore pesant de ses propres facultés. Il n’osait même plus s’imaginer la crainte qu’il avait due imposer à son hôte occasionnel…

Dire qu’il le percevait encore, ce corps frémissant, cet esprit éperdu dans les brumes opalines de la dégénérescence, cette enveloppe charnelle dont la poitrine pantelante s’était martyrisée dans l’illusion de la décadence. Il se rappelait son souffle éraillé, les infléchissements de son corps sous l’ivresse de la confusion, la poitrine grêle et labile que l’oxygène n’avait cessé de narguer dans une chasse malsaine et ses doigts anémiés glacés sous les zéphires… Mais nulles de ces sensations n’égala le soulagement qu’il ressentit lors de sa tortueuse révélation... tant d’appréhension, tant de panique pour juste le délire de ses neurones instables et narcotiques.

Soufflant des soupires d'aise, s'amourachant de cette tranquillité larguée par les haleurs de l'apaisement, ses prunelles dansèrent tantôt chez le voyageur, tantôt dans la flore abondante et desséchée du talweg sinueux. Mais dans la réitération incessante, inconsciente de ses regards furtifs … un spectre gênant ne cessait de s'agiter. Quelque chose… semblait se divertir à mystifier, à contraster une vison censée être normale. Un manque ? Un surplus ? Quel était le détail qui lui agaçait le coin des yeux ?


"Je..J'essaie de récolter un maximum d'information sur l'Umbra.. C'est pour ça que je me rend dans les archives nationale de chaque pays. Même si je t'avoue que je ne connais même pas leur emplacement."

Shiki pinça les lèvres. L'Umbra… cette langue goulue dont seul l'appétit semblait en animer les sens devait occuper, dans l'existence défaillante de ce jeune homme, une place de tout honneur. Les épaules reposées, il posa ses doigts mièvres contre le pourtour serré de sa bouche, il ne sut comment réprimer un frisson d'excitation pour toute l'intrigue tortueuse que lui inspirait cette infamie. Alors, c'est tout en douceur qu'il roula son regard pour s'adonner pleinement à la contemplation de la marque… plus… grise et étrangement fibreuse … Ses cils oscillèrent sous l'étonnement, sous l'incompréhension. Du … tissus ? Il ne l'avait pourtant pas vu… se changer…

~

Son visage s'imprima d'une mine douteuse, soupçonneuse; l'énigmatique voyageur semblait maîtriser à la perfection toute discrétion requise pour la moindre tâche… Une "retenue" aussi voilée que l'individu lui-même, car, quoi que le vagabond eut fait dans son sommeil, le prince en était sûr, les frémissements de l'herbe, le bruissement nonchalant de ses déplacements, n'auraient pu … que le réveiller.

Réveillé… peut-être l'avait-il… été ? Ses souvenirs lui semblaient confus, impalpables, recroquevillés dans un espace galvanisé sur les entrelacement de sa semi-confiance. Il se souvenait encore sa fatigue vampirique qui suçait goulûment ses mièvres énergies; il se remémorait la nature endormie, hypnose quotidienne du talweg pellucide, où les pauvres végétaux n'étaient plus que pauvres prisonniers d'une lune torpide.

Au final, malgré quelques luttes insistantes, rien ne lui revint. Les émergences de son harassement floutait, mystifiait et les détails peut-être accessibles s'engouffraient plus il essayait de s'en enquérir. Se disant qu'il valait mieux ne pas forcer la mémoire, il tenta de fondre ses doutes derrière de délicieux sourires, tandis que pressé, le mystérieux entamait déjà leur route. Décidé, affirmé, celui-ci ne prit qu'une légère pause pour soustraire de ce monde un arcane délié dans la flore desséchée.
L'arcane…

De nouveau, Shiki perdit son flegme. Cet arcane aux essences inconnues … puissantes mais réservées, anormales mais vulgarisées. … non… Non… ce n'en étaient pas les courbes effilées qui lui posaient problème, mais bien cet amalgame d'ésotérisme perfide et allusif... Une aura suspecte mais déjà flairée la journée passée, jumelle sibylline de celle du bâton, sœur exquise de Mystère. Mais quelques secondes plus tard, sans laisser à Shiki le plaisir de s'en imprégner à loisir, c'est dans une tuerie radicale que les émanations disparurent à jamais.


"En route! Il est plus que temps..."

Encore navigateur des flots de sa concentration, il perçut à peine la phrase qui lui était adressée, n'ayant à l'oreille que les sifflements de tous ces détails insidieux qui se multipliaient dans ses neurones frénétiques. Il se contenta alors de retapisser l'herbe morte de ses pas, de le suivre avec le machiavélisme d'un renard mesquin et famélique. Ses yeux effleurèrent la courbe de son dos dans des regards tantôt furtifs, tantôt langoureux; ainsi cherchait-il les Archives Nationales du Royaume… Shiki frôla doucement ses lèvres souriantes par un survol hésitant de ses doigts. Cette rencontre promettait tant en surprises qu'en délectations… Il frémit; d'une certaine façon, il avait hâte que cet oiseau rare – il le savait – soit à sa merci…

---

Après un dernier acharnement d'une demi-journée, ils vainquirent terre assoiffée et ravinée, souffrir en silence les rutilements de cet astre matinal avant d'achever leur maigre périple par l'escalade de quelques ondulations luxuriantes de vie… signe que la ville était proche, zélée et vigoureuse sous les vagues mystiques du soleil.


Et les remparts démesurés de la ville s'élevèrent devant eux. Les yeux rivés sur ces murs qui s'élançaient telle une bouche géante pour dévorer l'azur; Shiki desserra une ceinture et souleva avec légèreté son havresac pendu à l'épaule avant d'en sortir un long Mantel de soie. Dans un mouvement fluide et spontané il déplia le taffetas avant de le fondre doucement sur ses épaules, d'en fixer les bordures du niveau du cou par une chaîne ambrée et de noyer sa chevelure de platine sous la longue capuche. Certes, ce changement radical "d'apparence" devait paraître légèrement troublant pour le vagabond; mais que dire ? Devait-il lui dévoiler maintenant l'emplacement des archives tant désirées ? Le prince se croqua mollement une de ses lèvres; il attendrait de savoir certaines choses sur lui… avant de lui dire.

~

Sans perdre plus de temps, il lança un regard complice qui invita son compagnon à le suivre sous ces voûtes de pierres à la surface crayonneuse de lumière. Inévitablement, les deux jeunes hommes furent contraints à s'aventurer devant le regard soupçonneux de 2 gardes d'exception; deux vigils de journées dont corps et visage était contraints à l'impassibilité la plus froide et la plus redoutée. Avec un naturel couronné de grâce, Shiki leur adressa un sourire empâté de reconnaissance ; avant qu'ils ne débouchent après tant de traversées, dans la fébrilité éternelle du Royaume d'Agathe.

Son cœur était frénétique, réanimé par cette fièvre tumultueuse qu'il n'avait plus respiré depuis toute la durée de sa minuscule odyssée. Sous les vagues bruyantes de discutions aussi calmes qu'affolées, de cris éreintés, d'appels vains et époumonés; le blond guida le mystérieux dans l'effervescence du plein jour… au cœur de la place. Presqu'immédiatement, sans attendre moindre réaction du nouveau rencontré, il enserra son maigre poignet avant de le tirer à lui et ce, avec la fermeté d'une poigne soudaine et violente. C'est avec ce geste inflexible qu'il l'astreignit encore à le succéder dans son trajet, le malmenant à la fois avec force et prudence dans une des venelles dépouillées de mouvement; un boyau ciselé dans du tuf sombre et rongé par les années. Il l'isola, le coinça de telle sorte qu'il n'aurait pu se débattre avant de se pencher vers lui, sourire d'apparence malveillant.

"Les archives… hein ? " Il prit un instant de pose dans ses murmures.

"Je ne vois aucun inconvénients à te révéler leur emplacement …voire… à t'y guider mais… "

Il apposa doucement sa paume contre la joue de son prisonnier avant de la glisser doucement jusqu'à la peau glacée de son menton.

"Quel âge as-tu … ?"

Dans ces quelques susurrements obstinés, il n'ôta ni ses prunelles des siennes, ni ses doigts pressés contre sa chair nivéenne qu'il s'amusait à claustrer sous sa main; jeu très amusant qui perdura jusqu'à qu'il ne sente une pression se ponctuer aux bords de son soyeux Mantel.

Libérant son captif d'une emprise étouffante, il se retourna vers l'appel incessant dont souffrait son taffetas, découvrant une petite main tremblante d'émotion. La jeune enfant aux os saillants engouffra le prince dans un regard de trouille et d'égarement, lui conférant toute l'inquiétude qui la dévorait jusqu'aux creux des poumons. Il soupira. Pourquoi maintenant ? Pourquoi lui ? Avec les douze mille habitants du Royaume, comment était-il possible qu'elle vienne chercher l'un des type les plus suspects terrés dans une ruelle morte en compagnie d'un autre jeune homme ? Cette situation le poussa encore au soupire avant qu'il ne daigne s'abaisser à sa hauteur, adoptant cette fois-ci une mine bien plus avenante.

" Perdue ?"

La jeune fille hocha sa tête frémissante et Shiki s'en releva quelque peu agacé. Ses vêtements lui confirmait qu'elle arrivait des quartiers chics de la ville ; il se retourna vers Hypnos, eu quelques instants d'hésitation avant de détacher une aumônière de sa ceinture et de lui tendre.

" Je vais la ramener. En m'attendant, je te propose d'aller te faire servir quelque chose dans la meilleure taverne de la ville : "la Hall au Diable". Elle est immanquable et en périphérie des quartiers chics, le plus à l'Est de la place. Normalement, je t'y rejoins dès que possible, et si je n'arrive pas… hum... va à la citadelle…"

C'était confus mais suffisant. Pas besoin de lui en dire plus, de toute façon, il ne partirait pas avant d'avoir mis la mains sur les archives du Royaume. Sur ses mots, Shiki se dépêcha de prendre la main de la jeune fille et de la faire sortir des ténèbres délicieuses de la venelle.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé   Aujourd'hui à 11:54

Revenir en haut Aller en bas
 
[Rp fermé: Shiki; Hypnos]: Premier pas mouvementé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
暁の領域 : Akatsuki no Ryōiki :: Racyne :: Royaume d'Agathe :: Vallée persistante-
Sauter vers: